Nigeria Airways et SAA pour l'extension de leur coopération

Lagos- Nigeria (PANA) -- Les compagnies aériennes Nigeria Airways Ltd (NAL) et South African Airways (SAA), examinent l'éventualité d'explorer de nouveaux domaines de coopération, a-t-on appris lundi à Lagos auprès d'un responsable de la compagnie sud africaine.
Le directeur régional de la SAA, Aaron Munetsi a déclaré, dans un entretien accordé à la PANA, qu'outre la formation du personnel de bord de Nigeria Airways, la SAA peut également apporter son assistance pour la formation du personnel au sol et du personnel de guichet ainsi que pour la reconstitution de la flotte de la NAL.
Il a ajouté que les deux compagnies aériennes pourraient également étendre leur coopération à l'ouverture d'autres lignes et au transport de fret.
"Des responsables de Nigeria Airways rentrent d'Afrique du Sud (où ils étaient en mission) pour discuter des nouveaux domaines de coopération.
Des ingénieurs en chef de South African Airways étaient également au Nigeria il y a quelques semaines", a révélé Munetsi déclarant que la SAA pense devoir "faire de Nigeria Airways un partenaire fort".
Le responsable de la SAA a indiqué que le but ultime était de renforcer la coopération afin de promouvoir le "hub" de Lagos qui pourrait permettre de desservir toute la sous-région.
"Nous devons d'abord penser à faire marcher le hub, ce n'est qu'après cela que nous pourrons parler des longues distances", a- t-il expliqué.
Revenant sur la co-entreprise mise sur pied pour l'exploitation de la ligne Lagos-New York, qui a commencé le 21 février 2001, Munetsi a qualifié cette initiative de grand succès et de situation avantageuse pour toutes les deux compagnies aériennes car "basée sur la transparence".
Les deux sociétés ont signé un accord de co-entreprise pour douze mois sur la ligne Lagos-New York dont la réussite est qualifiée de "financièrement très avantageuse", rappelle-t-on.
Il a noté que les trois vols de la SAA par semaine qui relient Lagos à New York (lundi, mercredi et vendredi) ont une moyenne de remplissage de 75 pour cent, 60 pour cent des ventes de billet se faisant au Nigeria, les 40 autres restantes aux Etats-Unis.
Aux termes de l'accord conclu entre les deux sociétés pour le partage des sièges, Nigeria Airways bénéficie d'un quota de 109 sièges sur chaque vol, couvert par un Boeing 747 dernier cri, indique-t-on.
Munetsi a également qualifié les relations entre les responsables des deux compagnies de "fantastiques et très professionnelles", notant qu'un facteur essentiel de la réussite enregistrée jusqu'ici sur cette ligne, tient à la ponctualité des vols et à la qualité des services fournis par la SAA.
"Nous faisons un point d'honneur à faire décoller nos avions à l'heure prévue", a-t-il déclaré.
Nigeria Airways, dont les affaires avaient périclité au cours des dernières années, avait eu recours à ce projet de co- entreprise pour desservir la ligne Lagos-New York après la levée, par les autorités de l'Aviation fédérale des Etats-Unis (FAA), de l'interdiction qui frappait la compagnie depuis 1993, rappelle-t-on.
La FAA avait expliqué que cette interdiction a été motivée par les nombreux manquements qui avaient été constatés au niveau de la sécurité à l'aéroport Murtala Mohammed de Lagos, même si, selon des sources proches des milieux industriels, cette mesure avait pour objectif de marquer le mécontentement de Washington du fait du retour du pays à un régime militaire, remplacé en mai 1999 par un pouvoir civil.
Au cours de la cérémonie organisée pour célébrer la reprise des vols sur la ligne Lagos-New York, le ministre nigérian de l'Aviation, Kema Chikwe, a déclaré qu'elle ouvrait "un nouvel horizon" pour la compagnie nationale grâce au formidable potentiel dont elle était porteuse, avec la possibilité, pour Nigeria Airways, de collecter d'importantes recettes afin de redynamiser ses activités et de garantir les emplois de ses travailleurs.

07 août 2001 08:39:00




xhtml CSS