Nigeria: l'option militaire sur la crise en Gambie étudiée par les chefs d'état-major de la CEDEAO

Abuja, Nigeria (PANA) – Le chef d'état-major de l'armée nigériane, le général Abayomi Olonisakin a accueilli, samedi, ses homologues chefs d'état-major des armées des pays de l'Afrique de l'Ouest au moment où la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) envisagent l'éventualité d'une option militaire en Gambie.

La réunion, tenue au Quartier général de l'armée nigériane à Abuja, s'inscrit dans le cadre de l'éventualité d'une action militaire du groupe d'intervention militaire de la CEDEAO (ECOWAS Military Intervention Group, ECOMIG) en Gambie au cas où le président, Yahya Jammeh, persiste dans sa décision de rester au pouvoir à l'expiration de son mandat, le 19 janvier.

M. Jammeh a perdu les élections du 1er décembre 2016 devant Adama Barrow candidat de l'opposition qu'il a d'abord félicité avant de se rétracter et d'annoncer qu'il ne quitterait pas le  pouvoir.

Ont pris part à la réunion, les chefs d'état-major des armées des pays de la CEDEAO, le général de Brigade, Daniel Ziankahn du Liberia, Cheikh Guèye du Sénégal, la commissaire aux Affaires politiques auprès de la CEDEAO, Hajiya Salamatu, le Vice-président de la Commission, le chef d'état-major du Ghana et les hauts gradés de l'armée nigériane (Principal Staff Officers, PSOs), de la Marine et de l'armée de l'Air du Nigeria.

Après avoir souhaité la bienvenue aux participants et aux officiels de la CEDEAO au Nigeria, le général Olonisakin a exprimé la détermination des chefs d'État et des chefs des armées de poursuivre le dialogue avec les dirigeants gambiens pour assurer une transition pacifique du pouvoir, conformément à la Constitution et à la volonté du peuple gambien.

Bien qu'aucun communiqué n'ait été publié, une source affirme que les chefs d'état-major des armées ont décidé de retourner dans leurs pays respectifs pour préparer leurs troupes à une éventuelle intervention en Gambie.

Elles doivent exécuter la volonté des chefs d'État et de gouvernement de la CEDEAO de “prendre toutes les mesures nécessaires pour faire valoir la volonté du peuple gambien”.

Le bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et du Sahel, (UN Office for West Africa and the Sahel, UNOWAS) a indiqué que la CEDEAO avait décidé de prendre toutes les mesures nécessaires pour respecter les résultats du scrutin présidentiel en Gambie.

Mohamed Chambas, chef de l'UNOWAS, a fait cette révélation lors de son compte rendu au Conseil de sécurité sur la situation politique et sécuritaire dans la région.
-0- PANA MON/VAO/ASA/IS/IBA 15janv2017

15 janvier 2017 15:00:28




xhtml CSS