Nigeria: Le gouvernement nigerian est toujours victime de Boko Haram, selon Amnesty international

Abuja, Nigeria (PANA) - L'organe international en charge de la défense des droits humains, Amnesty international, a déclaré ce samedi que le gouvernement nigérian continue d'être victime de la secte islamiste, Boko Haram, 4 ans après le premier enlèvement de centaines de jeunes filles de leur collège à Chibok, dans le Nord-Est du pays.

En prenant la parole, lors de la commémoration du quatrième anniversaire de l’enlèvement des 276 filles à Chibok, Mme Osai Ojigho, la directrice d'Amnesty international pour le Nigeria, a déclaré "ce qui s'était produit à Chibok aurait dû servir d'appel pour le gouvernement nigérian. Cependant 4 ans plus tard, des milliers de femmes et de filles ont été enlevées de leurs domiciles et forcées de vivre en captivité, et ceci souvent passe inaperçu et non couvert par les médias".

L'heure de prendre des actions significatives au nom de toutes les victimes des crimes de Boko Haram a sonné depuis longtemps, a-t-elle ajouté.

"Ces actions doivent commencer par la libération des centaines de filles toujours détenues, y compris le reste des filles de Chibok et Leah Sharibu, la seule fille de Dapchi qui est toujours entre les mains de Boko Haram".

La directrice d'Amnesty international pour le Nigeria a également plaidé en faveur d'un soutien accru pour les anciennes victimes de Boko Haram. En ce qui concerne les familles des personnes toujours disparues, le gouvernement fédéral, selon Mme Ojigho, devrait ouvrir un registre pour les personnes enlevées et s'assurer que les dizaines de milliers de personnes dans les camps de déplacés puissent avoir l'opportunité d'y inscrire leurs proches.

-0- PANA MA/BAD/IS/SOC 14avr2018



14 avril 2018 16:21:21




xhtml CSS