Nigeria : Le succès des élections au Burkina Faso reflète la volonté d'enraciner la démocratie en Afrique de l'Ouest, selon Buhari

Abuja, Nigeria (PANA) - Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a déclaré mercredi que le succès des élections au Burkina Faso reflète la volonté collective des dirigeants ouest-africains à enraciner la démocratie et la bonne gouvernance dans la région.

S'exprimant à la 48ème session ordinaire du Sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) à Abuja, M. Buhari a déclaré que les élections au Burkina Faso ont achevé le cycle des élections présidentielles dans la région de l'année 2015 menées avec succès au Nigeria, au Togo, en Guinée et en Côte d 'Ivoire.

"Comme nous nous préparons pour plus d'élections générales dans l'année à venir, je vous assure, Excellences, que le Nigeria restera ferme dans son engagement et son soutien à la démocratie et à la bonne gouvernance. Nous croyons qu'une Afrique de l'Ouest politiquement stable ne peut être que forte et prospère», a-t-il déclaré.

Rendant hommage au président intérimaire du Burkina, Michel Kafando, et à l'ensemble des membres de son gouvernement de transition pour les efforts louables qu'ils ont déployés dans la mise en œuvre de la Charte de transition et la tenue d'élections réussies, Buhari a félicité le président élu, Roch Marc Christian Kaboré, et lui a souhaité de mener à bien la gouvernance de son pays.

Il a déclaré "qu'en dépit des résultats significatifs, notre communauté est toujours confrontée à de nombreux défis. Alors que certains militent pour l'intégration, d'autres continuent de poser des risques pour la paix, la sécurité et la stabilité politique dans la région. Il y a aussi des défis structurels et administratifs dans la gestion de la Commission qui nécessitent aussi une attention sérieuse".

"Les défis de sécurité persistent dans notre région du fait que nous continuons à être confrontés à ce fléau redoutable de la criminalité transnationale organisée, notamment le trafic d'armes et de drogue, ainsi que la piraterie et la criminalité en mer. Tout aussi inquiétant est le fléau croissant de l'extrémisme violent et le terrorisme. Tout cela constitue des menaces graves pour la paix et la sécurité dans la région, et demande donc des actions urgentes et concertées".

Selon Buhari, "la solidarité régionale et mondiale sont essentielles dans nos efforts pour contrer ces menaces. À cette fin, nous devons continuer à améliorer notre système de gouvernance et, en collaboration avec nos partenaires, accélérer l'application de nos initiatives et des mécanismes conjoints créés pour répondre à ces risques redoutables, mais pas insurmontables.

"Au moment où nous le faisons, nous ne devons pas relâcher nos efforts pour nous engager avec les Etats membres qui sortent de crises, afin de les aider à consolider les progrès réalisés".

Le dirigeant nigérian a déclaré que son pays souhaiterait voir que les réformes en cours dans les institutions de la CEDEAO soient conclues et fermement ancrées pour assurer une plus grande efficacité dans la conduite du processus d'intégration. "Nous tenons à ce que les ressources de la Communauté soient consacrées à la mise en œuvre de programmes économiques qui permettront de construire une région prospère".

Il a exprimé une forte croyance dans les vastes potentialités de l'Afrique de l'Ouest, déclarant "Je reste convaincu que sous la direction du président de l'Autorité des chefs d'Etat et de gouvernement, Macky Sall, Président de la République du Sénégal, notre Communauté continuera à faire des progrès constants vers la réalisation des objectifs pour lesquels elle a été fondée, une communauté qui donne de l'espoir aux générations présentes et futures.

Sur le changement climatique, Buhari a déclaré que les conséquences catastrophiques du changement climatique se manifestent en Afrique de l'Ouest, du fait qu'un certain nombre de fragilités, de conflits et la dégradation de l'environnement qui affectent "nos pays aujourd'hui avec un impact négatif grave sur la paix, la sécurité, l'économie et les moyens de subsistance sont directement ou ont été déclenchés indirectement par le changement climatique".

Il a déclaré que «seuls, nous ne serons pas en mesure d'arrêter ou d'inverser certaines de ces conséquences, car elles exigent d'énormes investissements de ressources au-delà de nos capacités".

"Nous devrions donc continuer à faire pression pour l'aide internationale et travailler avec le reste du monde pour protéger l'environnement. Nous devons le faire sans relâcher l'accent sur ​​nos objectifs de développement industriel. Nos efforts pour accélérer l'intégration régionale devraient également être informés par les exigences de source d'énergie propre. À cet égard, je me félicite de l'issue de la COP21 qui vient de se terminer à Paris, qui vise à réduire le réchauffement climatique et de fournir un soutien financier aux pays en développement ".

Buhari a déclaré : «Nous devons également continuer à coopérer avec nos partenaires au développement et profiter de leur volonté de soutenir nos initiatives pour faire face à tous ces défis avec les moyens les plus appropriés et les plus bénéfiques pour notre région et pour la paix et la sécurité mondiale".

Le Sommet se déroule au moment où la communauté célèbre le 40ème anniversaire de la création de la CEDEAO.
-0- PANA VAO/MTA/IS/SOC 16déc2015

16 décembre 2015 17:37:44




xhtml CSS