Niger : Ouverture des centres de formation et de protection des enfants et des jeunes de la région de Diffa

Niamey, Niger (PANA) - Le gouvernement du Niger, l’Union européenne et l’UNICEF ont inauguré jeudi, dans la région de Diffa (Extreme-Est ), en proie aux attaques de la secte Boko Haram, les nouveaux locaux de quatre centres de formation et de protection des enfants et des jeunes de la région, indique un communiqué de presse conjoint.

Il s’agit du Centre d’Education Alternative (CEA), du Centre de Formation aux Métiers (CFM) de Chétimari et ceux du Centre Social de Prévention, de Promotion et de Protection (CEPPP) et de l’Espace d’Accueil des Enfants (EAE) à Diffa.

La cérémonie a regroupé autour du ministre des Enseignements Professionnels et Techniques,  Abdoulkadri Tidjani, l’Ambassadeur de l’Union européenne, Raul Mateus Paula, la Représentante résidente de l’UNICEF, le Gouverneur de la région de Diffa, Lawali Mahamadou Dan Dano et les représentants des ministères chargés de l'Enseignement primaire, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant et de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP).

Ces infrastructures ont été construites grâce au Projet de Renforcement du droit des enfants et des jeunes à l’éducation et à la protection contre la violence et l’exploitation pour favoriser la stabilité et la paix dans la région de Diffa.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du "Programme d’Appui à la Sécurisation et à la Résilience dans la région de Diffa et de Prévention des Risques liés à la Migration au Niger", Programme SÉCURISER, financé par l’Union européenne pour un coût global de 16,3 millions d'euros, soit plus de 10,6 milliards de F CFA.

D'une durée de deux ans (décembre 2015–décembre 2017), ce projet, un des cinq du Programme SECURISER, est mis en œuvre par l’UNICEF sous la coordination de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP). Le projet couvre les douze communes de la région de Diffa et vise à renforcer le droit des enfants et des jeunes à l’éducation et à la protection contre la violence et l’exploitation, en développant leurs capacités pour favoriser leur intégration dans le tissu socio-économique.

Les actions s’articulent autour de l’éducation non-formelle, de la formation et l’orientation professionnelle, de la protection des enfants contre la violence, les abus et l’exploitation, et la communication sur les droits des enfants.

Le projet a permis de construire, d'équiper en mobilier, en matière d'œuvre et en fournitures, des bâtiments dans chaque commune de la région de Diffa pour abriter douze Centres d’Education Alternative (CEA) nouvellement créés et douze Centres de Formation aux Métiers (CFM).

Il a également soutenu la formation des enseignants des CEA et CFM qui sont implantés sur le même site, afin de créer des passerelles entre ces deux types de formation.

«Grâce à ces appuis, des milliers de jeunes filles et garçons, vulnérables, souvent issus de familles défavorisées et souvent déplacées dans leur majorité, échappent aux affres de la violence sous toutes ses formes et accèdent à l'éducation/formation pour préparer leur avenir et participer ainsi à l'œuvre de construction nationale», a souligné Raul Mateus Paula, Ambassadeur de l’Union européenne.
-0- PANA SA/IS/SOC 09nov2017

09 novembre 2017 18:44:44




xhtml CSS