Niger : Des journalistes des pays du Sahel en conclave sur le traitement de l'information en période de conflit

Niamey, Niger (PANA) – Des journalistes des pays du Sahel ont entamé mercredi à Niamey, un atelier de formation sur le thème «Contribution des médias dans la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent".

La rencontre organisée par l’Unité de fusion et de Liaison (UFL, regroupement des services de renseignements des pays du Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent) en collaboration avec le ministère nigérien de la Communication. Elle vise à renforcer les capacités des journalistes et des communicateurs dans le traitement des questions sécuritaires.

Dans son mot de bienvenue, le Point Focal de l'UFL au Niger, M. Dalatou Malam Mamane, Conseiller Technique au Cabinet du Premier ministre, a indiqué que ''cet atelier de renforcement des capacités des journalistes de la région Sahélo-saharienne est sans nul doute le point de départ d'un nouveau partenariat que nous souhaitons harmonieux entre les médias et les spécialistes des questions sécuritaires’’.

‘’Je me réjouis que le Niger ait été choisi par l'UFL pour lancer cette nouvelle coopération entre les acteurs des médias et les spécialistes des questions sécuritaires'', a-t-il déclaré.

''S'il est indéniable qu'aucune communauté, aucune société... ne peut vivre sans information, il est tout autant démontré, a poursuivi M. Dalatou, qu'une information imprudemment dispatchée peut avoir des conséquences parfois regrettables qu’un arme à feu lorsqu'on en fait usage de manière inappropriée».

''C'est pourquoi, a-t-il dit, vous devez dans votre travail quotidien avoir constamment à l'esprit, l'éthique professionnelle et le respect de votre déontologie''.

Dans son discours d'ouverture, le Secrétaire général du ministère de la Communication, Abdoulaye Coulibaly, a, au nom de la ministre de la Communication, souhaité la bienvenue aux participants venus de la sous-région''.

Soulignant que cette rencontre regroupe des journalistes et des spécialistes des questions sécuritaires d'une dizaine de pays de la sous-région, M. Coulibaly a laissé entendre que "c'est un réel motif de satisfaction pour son pays au regard des efforts remarquables et de la lutte implacable qu'il mène dans le cadre de la prévention de l'extrémisme violent et le crime organisé''.

''C'est également un signe de reconnaissance de la croisade nationale et sous-régionale engagée contre le terrorisme par le Président de la République, Issoufou Mahamadou'', a-t-il souligné.

Pour M Coulibaly, ‘‘s’Il est vrai que la force militaire est une donnée fondamentale dans le règlement des conflits armés, il n'en demeure pas moins vrai qu'une guerre ne se gagne pas que par les armes''.

En effet, a-t-il affirmé, "la dimension communicationnelle constitue un élément essentiel pour remporter une guerre, d'où, selon lui, l'importance de la tenue de cet atelier de renforcement des capacités des journalistes, des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), des acteurs de la Société civile et des Oulémas''.

D’où cet appel du Secrétaire général à l’endroit des participants. ’’A l'issue de cette formation, il est attendu de vous, une approche visant à déconstruire le discours de la haine et de la violence que distillent les terroristes à travers certains médias et réseaux sociaux ; vous devez contribuer ainsi à la lutte contre l'incitation à la haine, contre l'apologie de la barbarie et contre le rejet de l'autre ; vous devez ainsi promouvoir un changement radical d'approche dans le traitement de l'information sécuritaire ; vous devez mieux reconstruire le discours de la paix et de l'amour de l'autre'' .
-0- PANA SA/IS/SOC 21févr2018





21 février 2018 17:15:10




xhtml CSS