Niger : Commémoration de la 4ème édition de la Journée nationale de la liberté de la presse

Niamey, Niger (PANA) - Les agents de la presse nigérienne ont célébré ce jeudi, la 4ème édition de la Journée nationale de la liberté de presse, placée cette année sous le thème «Une presse libre et indépendante».

Cette Journée a été instituée le 30 novembre 2011 pour marquer la signature de la Déclaration de la Table de Montagne par le président nigérien, Issoufou Mahamadou. Cette Déclaration, rappelle-t-on, vise à «abolir les lois sur la diffamation et l’injure publiques en Afrique et à replacer la liberté de la presse au cœur des discussions . Issoufou Mahamadaou a été le premier chef d’Etat africain à signer cette Déclaration.

La célébration de cette Journée Nationale de la Liberté de la Presse, le 30 novembre de chaque année, est non seulement "l’aboutissement d’une noble lutte, celle des professionnels de la communication, mais aussi et surtout la claire manifestation d’une volonté politique, celle du Président de la République et du gouvernement de bâtir un environnement adéquat à l’épanouissement de la presse nigérienne et de ses animateurs», a déclaré la ministre nigérienne de la communication, Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye.

A l'endroit des animateurs de cette presse, elle a indiqué que "rien ne saurait, dans l’exercice de votre métier, se substituer à votre conscience, à votre honnêteté, à votre professionnalisme et à votre sens des responsabilités afin de vous permettre de protéger votre profession et d’éviter certaines dérives qui portent souvent des coups durs à votre image et à celle de votre métier».

Dans une intervention, le président de la Maison de la presse du Niger, Ibrahim Harouna, a, quant à lui, demandé à l’assistance d’avoir une pensée «à l’endroit de tous les confrères qui luttent au quotidien, à travers un travail de qualité qu’ils abattent dans le respect de l’éthique et de la déontologie pour promouvoir la liberté de la presse au Niger».

Comme les précédentes éditions, celle de cette année donne également l’occasion «de nous pencher sur la situation de la liberté de la presse au Niger, qui n’est pas assez reluisante», selon lui.

Pour améliorer la situation de la presse nigérienne, a-t-il affirmé, «il nous incombe á tous, acteurs des médias et autorités, à faire preuve de responsabilité, chacun en ce qui le concerne».

Pour l’émergence d’une presse responsable, libre et professionnelle au Niger, «nous exhortons les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour la signature de la Convention Collective Interprofessionnelle qui tarde encore malgré la signature du décret sur la publicité par voie de presse et l’installation du Conseil de publicité qui sont, entre autres, les conditions posées par les promoteurs des organes de presse pour accepter de signer cette Convention».

Dans une déclaration à la presse, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC) du Niger, Abdourahamane Ousmane, a appelé l’ensemble des acteurs de la communication à profiter de cette journée pour réfléchir afin de trouver ensemble les voies et moyens pour que le Niger dispose d’une presse plus libre et plus responsable.

«La responsabilité implique que le journaliste doit d’abord avoir à l’esprit qu’il travaille  pour satisfaire le droit des citoyens à une information équilibrée, réelle et utile; c’est ce devoir que le journaliste a vis-à-vis de ses concitoyens qui lui impose la responsabilité de travailler en toute indépendance et en toute impartialité», a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la célébration de cette journée, plusieurs œuvres journalistiques ont été primées à travers des prix symboliques en nature et en espèces. Des conférences-débats autour de plusieurs thèmes ont également été animées à la Maison de la Presse.
-0- PANA SA/IS/SOC 30nov2017

30 novembre 2017 17:12:45




xhtml CSS