Nelson Mandela fermement opposé à la guerre contre l'Irak

Johannesburg- Afrique du Sud (PANA) -- L'ancien président sud- africain, Nelson Mandela, est toujours opposé à la guerre envisagée par les Etats-Unis contre l'Irak, mais a décidé de ne pas servir de "bouclier humain", a annoncé dimanche son porte- parole, Mme Zelda La Grange.
M.
Mandela, qui a pris position contre cette guerre, avait précédemment exprimé le souhait de servir de "bouclier humain" en Irak, mais il a expliqué que la décision finale revenait à sa famille.
"La famille a exprimé de fortes préoccupations et est totalement opposée à cette décision.
En outre, M.
Mandela est en retard de six mois sur la rédaction de son livre, qui est tout à fait important et sera un plus pour le patrimoine de son pays", a affirmé La Grange.
Elle a indiqué que M.
Mandela n'avait pas la force de se rendre en Irak, mais qu'il continuerait à prendre position contre cette guerre.
L'ancien président sud-africain a fustigé le président américain George W.
Bush pour ce qu'il a appelé "son manque de vision", qui pourrait plonger le monde dans le chaos.
Par ailleurs, Abe Dwajee, le coordonnateur national du Comité d'action pour l'Irak, a indiqué qu'un groupe sud-africain composé de 40 individus de religions, de races et de professions différentes se préparait à se rendre en Irak, pour se joindre à d'autres volontaires pour jouer le rôle de "boucliers humains".
M.
Dawjee s'est déclaré encouragé par la réaction à son appel pour des volontaires.
"Nous allons nous poster dans les écoles, les hôpitaux et les centrales électriques pour protester contre les attaques illégales contre ces infrastructures selon les termes de la Convention de Genève".
Les volontaires, qui paient chacun de leur poche pour leur voyage en Irak, doivent partir ce lundi.
Un homme d'affaires volontaire, Mohammed Variawa, directeur des ventes et du marketing d'Allifa Spices, a déclaré: "Je ne fais pas cela (aller en Irak) pour la soi-disant jihad islamique.
Mais si je dois mourir pour arrêter cette guerre, qu'il en soit ainsi".
L'ancienne épouse de M.
Mandela et présidente de la ligue féminine du Congrès national africain (ANC), Winnie Madikizela- Mandela, a aussi indiqué qu'elle était prête à servir de "bouclier humain", bien que sa fille, Zinzi, ait indiqué qu'il était peu probable que sa mère se rende en Irak.
Le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Ronnie Mamoepa, a déclaré: "Nous sommes engagés dans des efforts diplomatiques pour éviter une guerre contre l'Irak de manière à ce que les gens n'aient pas besoin de servir de bouclier humain".

10 mars 2003 11:09:00




xhtml CSS