Nécessité urgente de renforcer la protection des enfants en situation de crise (Section des droits de l'homme de l'ONU)

Genève, Suisse (PANA) - Les enfants en situation de crise sont confrontés à de nombreux défis - de la séparation de la famille et du recrutement forcé à l'exploitation sexuelle et la pauvreté abjecte - a déclaré lundi, la secrétaire générale adjointe des droits de l'homme des Nations unies, exhortant à une action immédiate pour protéger les enfants des conséquences des "trop de défauts des adultes".

« En 2016 seulement, 43 millions d'enfants dans 63 pays ont eu besoin d'une aide humanitaire», a déclaré Kate Gilmore, Haut-Commissaire adjointe des Nations unies aux droits de l'homme, lors de la réunion annuelle d'une journée consacrée aux droits de l'enfant et à la protection des droits de l'enfant dans les situations humanitaires.

"Et aujourd'hui, 357 millions d'enfants vivent dans des zones de conflit - environ 75% depuis la dernière décennie du siècle dernier et représentent un enfant sur six dans le monde", a-t-elle ajouté, selon un communiqué de l'ONU.

Des inondations, des tremblements de terre et des ouragans à l'instabilité politique et économique et aux conflits armés entre et parmi les Etats, ainsi que les Etats non parties, les coûts de l'inconduite des adultes et les conséquences de leur mauvaise conduite en tant que gardiens politiques, sociaux et économiques, ont fait tomber des millions d'enfants.

D'innombrables enfants inconnus ont perdu la vie dans un transit terrifiant sur la mer Méditerranée; des milliers ont été violés dans l'Etat de Rakhine au Myanmar; des filles ont été soumises à des abus sexuels et à l'exploitation par des troupes à casque bleu; et d'autres violées par plusieurs assistants religieux et laïcs.

"La tragédie de ces échecs de trop des adultes est supportée par les enfants, mais la honte n'est certainement pas à porter par les enfants", a-t-elle déclaré, soulignant que les enfants constituent la grande majorité des populations les plus touchées par les conflits, les plus affligées par la pauvreté abjecte, les plus exposées au changement climatique.

"En vol, les enfants sont confrontés à d'autres abus et exploitations sexuels, au travail des enfants et à la traite. En transit, ils rencontrent d'autres abus, négligence et privation de services essentiels », a-t-elle poursuivi.

"A la réception, ils rencontrent plus souvent la détention illégale, la xénophobie et l'absence de soins pour le traumatisme physique et mental auquel ils ont été soumis", a-t-elle affirmé.

Rappelant que les enfants représentent la moitié des personnes déplacées dans le monde et plus de la moitié de ses réfugiés, Mme Gilmore a souligné : "Peu importe où ils se trouvent, ni le statut de leur mouvement à l'intérieur ou au-delà des frontières - aussi irrégulier soit-il - les droits des enfants ne les abandonnent jamais".

Cependant, la tolérance à l'égard de la violence envers les enfants semble si élevée que, peu importe ce que l'on apprend de son ampleur, de son échelle ou de ses dommages durables, le monde s'efforce de mettre ses responsabilités en face et au centre des enfants.

Questionnant pourquoi, en 2018, le Secrétaire général devrait confirmer la politique de tolérance zéro de l'ONU à l'égard de l'exploitation et des abus sexuels des enfants et des adultes, Mme Gilmore a déclaré : "L'ONU doit reconnaître sa honte".

"Le droit international des droits de l'homme s'applique à tout moment, dans tous les contextes, pour tous les peuples", a-t-elle souligné, notant que dans la septième décennie de la Déclaration universelle des droits de l'homme, " nous devons fortement affirmer que les droits de l'homme tiennent et persistent, même dans les situations humanitaires et spécifiquement pour les enfants ".

Elle a déclaré que les intérêts des enfants doivent être placés au premier plan des processus décisionnels.

"Nous devons amener les enfants - amener les enfants à s'asseoir aux tables de prise de décision et de participation, et plus particulièrement pour la conception, la mise en œuvre et le suivi de nos activités d'assistance humanitaire", a-t-elle insisté.
0- PANA MA/MTA/BEH/SOC 06mars2018

06 march 2018 19:16:31




xhtml CSS