Mutharika insiste sur la nécessité de résultats concrets pour étoffer l'UA

Kampala- Ouganda (PANA) -- Les populations africaines ont besoin de voir des résultats tangibles des décisions prises par l'Union africaine (UA) et ses institutions pour accorder leur confiance à l'organisation continentale, a déclaré mardi, le président en exercice de l'UA, le président Bingu wa Mutharika du Malawi.
En clôturant la 15ème session ordinaire de l'assemblée, M.
Mutharika a souligné que malgré les multiples décisions prises année après année par l'organisation, les résultats probants sur le terrain sont presque inexistants.
"Mettons en ?uvre notre volonté politique pour appliquer ces décisions", a-t- il déclaré et il a noté que la session avait, au cours des trois jours, pris des décisions de grande portée dans les domaines de la santé maternelle et la mortalité infantile.
"Les femmes sont la source de la vie.
Si nous améliorons leur bien-être sur le plan de la nutrition, de la santé, de l'éducation et de l'accès aux ressources, les chances de réduction de la mortalité maternelle et infantile seront augmentées", a souligné M.
Mutharika.
Il a exhorté ses homologues chefs d'Etat africains, une fois de retour chez eux, de "jeter un nouveau regard sur l'Afrique" parce qu'il y a une autre face du continent qui est souvent inconnue.
"En tant qu'Africains, le regard que nous portons sur nous-mêmes est celui des étrangers.
Nous ne voyons de l'Afrique que les conflits, la misère, la famine, la pauvreté et les décès d'enfants avant l'âge de cinq ans.
Cette Afrique-là en cache une autre, une autre Afrique existe", a insisté le président de l'UA.
"Il y a aussi l'Afrique de la croissance où nous arrivons à nous nourrir, où nos enfants ont une chance de survie, où les mamans ne perdent pas la vie en donnant la vie", a indiqué M.
Mutharika, avant d'ajouter que "l'Afrique est le dernier continent où les investissements ont une grande importance".
Le chef de l'Etat malawite a invité les investisseurs des pays industrialisés à investir en Afrique et a souligné que les investissements dans le continent génèrent plus de bénéfices, non seulement en faveur du continent lui-même mais aussi au reste du monde.
"Il n'est pas judicieux pour le reste du monde de voir l'Afrique comme un continent en récession", a-t-il indiqué et a conseillé aux pays développés de se départir de ce qu'il appelle "une mentalité coloniale qui sous estime l'Afrique".
M.
Mutharika a invité les éventuels investisseurs en Afrique à installer des usines de transformation de produits de base qui vont valoriser les produits locaux, ce qui pourra freiner le flux de migrants en quête d'emplois en Europe et dans d'autres parties du monde.
Il a déclaré que les migrants africains bravent les océans à la recherche de travail pour gagner leurs vies parce que les industriels de ces pays les ont privé de leurs emplois légitimes en obligeant le continent à exporter des produits bruts.
En se référant aux succès agricoles réalisés par le Malawi et qu'il a personnellement initiés au cours de la première année de son mandat, le président Mutharika a exhorté les pays africains à assurer la sécurité alimentaire.
"Je crois qu'au cours des cinq prochaines années, l'Afrique pourra nourrir le reste du monde et c'est possible", a-t-il déclaré, avant d'ajouter qu'"en quittant ce lieu, soyons optimistes que l'Afrique est l'avenir du monde".
Dans une motion de remerciements, le président du Nigeria, Goodluck Jonathan, a exhorté les leaders africains à appliquer dans leurs pays les décisions qu'ils ont prises et à faire face ensemble aux défis nationaux et mondiaux.

27 juillet 2010 20:07:00




xhtml CSS