Montée des tensions raciales en Afrique du Sud

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Une autre querelle raciale a éclaté entre les chefs d'entreprise et la Ligue des jeunes du Congrès national africain (ANC), au pouvoir.

L'ex-directeur général de la Bourse de Johannesburg, Russel Loubser, a suscité un tollé en s'adressant à des étudiants de la Wits School of Economic and Business Sciences mercredi.

M. Loubser a taxé la Ligue des jeunes de l'ANC (ANCYL) et son ex-leader, Julius Malema, de racistes.

"L'ANCYL d'aujourd'hui n'est pas l'ANCYL de Nelson Mandela, Walter Sisulu, Govan Mbeki et Oliver Tambo. L'ANCYL d'aujourd'hui est une honte et une source de troubles... elle détruit les valeurs et la confiance", a-t-il déclaré, faisant allusion "au discours irresponsable sur la nationalisation des mines" et sur la manière dont ce discours sapait la confiance dans l'Afrique du Sud.

Dans une réaction virulente, la Ligue des jeunes a rejeté "avec mépris" les commentaires de M. Loubser.

Dans un communiqué, la Ligue a qualifié M. Loubser de "porte-voix ignorant et téméraire des intérêts du capital blanc" et déclaré "qu'aucun être humain raisonnant d'une manière décente au QI légèrement plus élevé que la température ambiante ne gratifierait ses élucubrations d'une réponse".

Vendredi, l'organisation AfriForum s'est jetée dans la mêlée, en déclarant que l'ANCYL défendait son propre extrémisme en faisant des Blancs l'ennemi, "alors que la pauvreté est supposée être l'ennemi".

"L'ANCYL avance constamment des arguments erronés sur l'économie, tandis que la haine, le racisme et l'intimidation sont les seules méthodes que l'ANCYL peut utiliser", a déclaré le président de l'AfriForum, Charl Oberholzer.
-0- PANA CU/SEG/FJG/JSG/IBA 19oct2012

19 Outubro 2012 12:01:26




xhtml CSS