Mohamed K. Ould Haidalla, un brillant officier détrôné par Taya

Nouakchott- Mauritanie (PANA) -- Mohamed Khouna ould Haidalla, candidat indépendant à l'élection présidentielle mauritanienne du vendredi 7 novembre 2003, lui-même ancien chef d'Etat déchu par coup d'Etat militaire, est né en 1943 dans la région de Nouadhibou, d'une tribu à cheval entre la Mauritanie et le Sahara occidental.
Cet ancien colonel passé par l'école militaire française est très respecté au sein de l'armée nationale, où il s'est "illustré par son courage physique pendant la guerre du Sahara", selon de nombreux témoignages.
Il lui est cependant reproché, à tort ou à raison, "ses sympathies pour le front Polisario".
Après avoir exercé les fonctions de chef d'état-major de l'armée et de Premier ministre dans une période d'instabilité, Mohamed Khouna Ould Haidalla a accédé à la charge suprême de président du Comité militaire de salut national (CMSN) et de chef de l'Etat en janvier 1980.
Son régime est renversé le 12 décembre 1984, par une révolution de palais sous la direction d'un colonel du nom de Maaouya ould Sid'Ahmed Taya, qui assumait jusque-là les fonctions de chef d'état-major.
Ces faits s'étant déroulés lors du sommet France-Afrique de Bujumbura, Ould Haidalla n'en avait pas moins décidé de revenir au pays, pour être arrêté dès son retour.
Détenu pendant 4quatre ans puis libéré, l'ancien chef de l'Etat est resté totalement absent de la scène politique jusqu'à l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle du vendredi 7 novembre 2003.
Certains milieux proches de l'opposition lui reprochent son long silence "face au passif humanitaire, et les nombreuses périodes de turbulences traversées par la Mauritanie à partir de 1989".
Mohamed Khouna ould Haidalla, qui déclare ne vouloir rester aux commandes que pour un seul mandat en cas de succès, prône une "réforme des institutions pour mettre fin à la dérive du pouvoir personnel, ramener le pays dans son contexte géographique, humain de civilisation naturel, et procéder à une répartition plus équitable des richesses nationales".
L'élection présidentielle mauritanienne du vendredi 7 novembre 2003, rappelle-t-on, verra la participation de quatre principaux candidats.
Outre le chef de l'Etat sortant Maaouya Ould Sid'ahmed Taya (Parti républicain, démocrate et social), il s'agit notamment de Mohamed Khouna Ould Haidalla, ancien chef de l'Etat (indépendant soutenu par une coalition), Ahmed Ould Daddah (Rassemblement des forces démocratiques) et Messaoud Ould Belkheir (Alliance populaire progressiste).

04 Novembro 2003 17:34:00




xhtml CSS