Mme Guebuza pour un système plus dynamique en faveur de la santé de la reproduction en Afrique

Dakar, Sénégal (PANA) - La première dame de la République mozambicaine, Maria Da Luz Guebuza, a appelé jeudi soir à Dakar les premières dames africaines à s'engager davantage dans la santé de la reproduction des jeunes adolescents en Afrique, estimant que la planification familiale (PF) est un élément essentiel pour l'épanouissement des couples.

S'exprimant lors de la rencontre des premières dames à l'occasion de la troisième journée de la conférence internationale sur la planification familiale, qui s'était ouverte mardi dernier à Dakar, Mme Guebuza a indiqué que la PF n'aura de succès que si tous les pays africains s'engagent en faveur de son repositionnement.

Elle a estimé qu'il faut un débat franc sur les questions de la santé de la reproduction et que des gouvernements doivent désormais  élaborer des stratégies pour prendre en charge les besoins des jeunes en âge de procréation, soulignant que la plupart des pays du continent semblent négliger ou oublier les questions de sexualité chez les jeunes.

''Nous devons sortir du schéma simple de distribution passive des produits contraceptifs et passer au système dynamique qui doit pousser les décideurs et bailleurs de fonds à financer la planification familiale'', a- t - elle dit, notant que les grossesses non désirées constituent un problème réel de santé chez les jeunes.

Selon elle, les premières dames du continent doivent plaider pour un accès universel des jeunes aux services de la santé de la reproduction et se positionner au devant de la scène pour défendre les intérêts de ces enfants.

Parlant de la mortalité des mères et des nouveau-nés, elle estime qu'on réduirait de façon significative ces taux très élevés en Afrique, si l'on s'engageait réellement à repositionner la planification familiale et si les gouvernements allouaient des fonds spéciaux pour la santé de la reproduction.

Trois premières dames du continent, à savoir celles de Mozambique, de la Namibie et du Sénégal se sont penchées sur le''dialogue politique autour de la problématique de l'accès des jeunes à la contraception en Afrique".

-0- PANA DOU/SSB/SOC 01 décembre2011

01 december 2011 20:57:27




xhtml CSS