Me Wade anticipe sur la réussite de la conférence des intellectuels

Dakar- Sénégal (PANA) -- La première conférence des intellectuels d'Afrique et de la Diaspora qui débute jeudi à Dakar est presque une réussite avant l'heure, souligne le président de la République du Sénégal, Me Abdoulaye Wade, qui s'exprimait mercredi au cours d'une conférence de presse, en présence du président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Omar Konaré.
Fondamentalement, a-t-il indiqué, nous voulons que les gens se rencontrent et discutent entre eux, avant d'exprimer sa conviction que les débats seront fructueux.
Le président sénégalais a estimé que le premier objectif de la conférence est de faire en sorte que les contacts établis débouchent sur la mise en place d'programme de travail continu et de rencontres ultérieures.
Les thèmes n'étant pas limitatifs, Me Wade a soutenu que rien n'interdit aux participants, qui sont actuellement au nombre de 700, de discuter d'autres thèmes porteurs.
"La diversité de nos invités laissent préfigurer, une diversité d'opinions", a-t-il dit.
   Le thème principal retenu pour cette première conférence organisée par l'union Africaine est "L'Afrique au 21ème siècle: Intégration et renaissance.
" Autour de ce grand thème, six sous-thèmes sont retenues : le panafricanisme au 21è siècle, la contribution des intellectuels d'Afrique et de la Diaspora à la consolidation de l'intégration africaine au 21è siècle, l'identité africaine dans un contexte multiculturel, la place de l'Afrique dans le monde, les relations entre l'Afrique et ses diasporas, l'Afrique la science et la technologie: enjeux et perspectives.
Le panafricanisme a souligné Me Wade, c'est un courant d'idées dont le fondement essentiel est de rattacher l'Afrique à ses diasporas qui ont des nationalités différentes, mais dont le sort est lié.
"Nous sommes convaincus que les diasporas africaines peuvent jouer un rôle économique, culturel etc.
, mais nous sommes aussi convaincus que nous pouvons apporter quelque chose à ces diasporas", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il faudrait trouver les moyens pour rapprocher les intellectuels des centres de décisions en Afrique.
Pour sa part, le président de la commission de l'UA, Alpha Omar Konaré, a indiqué que le futur de l'Afrique, c'est le panafricanisme.
"Le fait qu'on ait donné ce contenu, c'est le fruit de la lutte de certains d'entre vous, parce qu'il y a l'Union Africaine, le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).
C'est tout cela qui nous permet aujourd'hui d'aborder cette question et d'interpeller fortement les intellectuels de notre continent", a affirmé M.
Konaré.
Et de poursuivre : "l'interpellation forte des intellectuels aujourd'hui, c'est qu'ils s'assument.
" A l'en croire, chaque intellectuel doit interroger sa discipline pour voir ce qu'il peut faire pour améliorer les conditions de vie des plus pauvres, avant d'ajouter que l'Afrique a gagné tous les grands combats grâce à sa solidarité Cette rencontre des intellectuels d'Afrique et de la Diaspora aidera, selon M.
Konaré, à mettre en place un secrétariat pour aider à mieux préparer les rencontres à venir.
Il a promis la création d'un site accessible à tous, où il y aura en permanence des débats.
La Commission de l'Union africaine envisage de lancer une grande banque africaine de ressources humaines et un réseau des experts africains, a-t-il annoncé.
"Ce réseau peut non seulement travailler pour l'UA, mais aussi pour les Etats", a-t-il précisé, ajoutant que dans ce réseau, il y a des privés, des retraités, les meilleures compétences africaines au service de l'Afrique.

06 octobre 2004 19:03:00




xhtml CSS