Me Wade: "Ceux qui prônent une démarche graduelle nous retardent"

Accra- Ghana (PANA) – Ceux qui prônent la démarche- graduelle vers un gouvernement de l'union "ne font que nous retarder car l'Afrique ne peut plus attendre", a estimé lundi, tard dans la soirée, à Accra (Ghana), le président sénégalais Abdoulaye Wade, à la fin de la deuxième journée de la neuvième conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine.
Le président sénégalais, qui s'adressait à la presse, a ainsi noté que les débats étaient équilibrés, mais qu'"aucun Etat africain ne s'est montré hostile au gouvernement de l'Union", ajoutant que les divergences de vue portent plutôt sur la question de la souveraineté des Etats.
Or, de son point de vue, le gouvernement de l'Union ne signifie pas que les Etats vont supprimer leurs ministères au profit de l'Union africaine.
Il y a simplement des domaines de convergence qui permettent à l'Afrique de parler d'une seule voix, fait observer le président Wade.
Récusant l'approche des Etats qui ont conditionné la mise en place du gouvernement de l'Union à la réussite de l'intégration économique, le chef de l'Etat sénégalais a affirmé que cette démarche "ne fera que nous retarder", observant que "c'est plutôt l'intégration politique qui doit imprimer le rythme de l'économie africaine".
"Nous avons entrepris des réformes qui n'ont rien donné.
Malgré les énormes potentialités dont jouit l'Afrique, nous n'arrivons pas à décoller", a dit le président Wade, pour qui seul un gouvernement fédéral permettra de trouver des solutions à ces problèmes.
"Aujourd'hui, il est nécessaire de créer une entité politique et économique forte qui puisse inter-agir avec les grands ensembles comme l'Europe et les Etats-Unis au Nord et la Chine à l'Est", a plaidé le président sénégalais, qui s'est dit optimiste quant à la réussite du sommet d'Accra.
"Nous partirons avec une stratégie qui devrait nous conduire au gouvernement fédéral", conclut-il.

03 juillet 2007 12:27:00




xhtml CSS