Mbeki dénonce les distinctions de classe, de Genre et de race

Johannesburg- Afrique du Sud (PANA) -- Le président sud-africain Thabo Mbeki a lancé vendredi un appel à mettre fin à la construction de cités exclusivement réservées aux riches ou aux pauvres dans le pays, mettant en garde contre une pratique qui pourrait remettre en vigueur les disctinctions de classe et de race de la période d'apartheid.
Procédant à l'inauguration d'un projet de logement de Brickfields dans le quartier culturel de Newtown à Johannesburg, le chef d'Etat sud-africain a déploré la persistance d'un type de peuplement selon les races, le Genre et la classe soicale, bien que le gouvernement a éradiqué les lois d'apartheid.
"Assurément, pour concrétiser les nobles idées contenues dans la Charte de la liberté, nous devons créer rapidement de nouvelles cités où nous sommes en mesure d'utiliser le logement pour intégrer nos communautés, afin que nous n'ayons plus des parties de nos villes réservées exclusivement aux riches et les autres aux pauvres.
Nous devons mettre rapidement fin à cette situation", a souligné M.
Mbeki.
"Pour réussir dans cette tâche", a-t-il dit, "nous avons, entre autres, un défi urgent qui est de mettre un terme aux stratégies de construction de logements pour riches qui veillent à ce que les terrains les mieux placés qui sont proches de l'ensemble des meilleurs services soient toujours disponibles pour les riches; une situation où les meilleures terres sont allouées pour le développement d'ensembles résidentiels protégés et de parcours de golfe, tandis que les pauvres ne peuvent avoir accès qu'aux terrains semi-développés poussérieux éloignés des infrastructures modernes".
Le leader sud-africain a aussi accusé les hommes d'affaires peu scrupuleux d'être uniquement intéressés par le fait de gagner le plus d'argent possible, en exploitant le désir des populations d'avoir un toit.
"J'ai compris que certains de ces criminels vont jusqu'à recourir au meurtre pour s'emparer des bâtiments afin d'extorquer de l'argent à notre peuple", a accusé M.
Mbeki.
Brickfields, un foyer créé pour l'industrie minière au 19ème siècle, est devenu en 1890 un bidonville multiculturel pour les immigrants venus d'Europe, de la Chine et de l'Inde et des Africains.
Le bidonville est rapidement apparu comme un élément moteur de la lutte de libération sud-africaine mais a été détruit en 1905 quand les Africains ont été délogés de force, puis le quartier est devenu un terrain vague.
M.
Mbeki a dépeint le nouveau projet de logement de Brickfields comme "l'expression tangible de la façon dont le phénomène mondial des quartiers défavorisés en déclin des grandes villes peut, à travers une urbanisation durable, être transformé en des quartiers agréables, havres de paix et mieux lotis".

12 août 2005 16:26:00




xhtml CSS