Maurice: lancement de la Campagne pour l’accélération de la réduction de la Mortalité maternelle en Afrique

Port-Louis, Maurice (PANA) - L’Union africaine (UA) en collaboration avec le ministère mauricien de la Santé et de la Qualité de la Vie, organise, les 3 et 4 novembre 2016, une conférence sur le leadership et les efforts des Etats insulaires africains visant à améliorer les résultats de Santé maternelle, néonatale et infantile et la promotion du bien-être des femmes et des enfants, a appris la PANA, ce lundi, de source officielle dans la capitale mauricienne.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la semaine des célébrations 2016 de la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (CARMMA).

Lancée en 2009 par l’UA, cette campagne a pour but de déclencher des actions concertées en vue d’améliorer la santé maternelle et assurer la survie des mères et des nouveau-nés sur le continent.

Dans un communiqué émis à Port-Louis, le ministère de la Santé a indiqué que la conférence aura pour thème: «Célébrons les progrès accomplis dans la mise en œuvre de CARMMA dans les Etats insulaires: aucune femme ne doit mourir en donnant la vie». Un des objectifs est d’encourager une sensibilisation accrue et soutenir les engagements des Etats membres pour éliminer les décès maternels et infantiles évitables.

La conférence vise aussi à promouvoir la priorisation de la Santé maternelle, néonatale et infantile de même que la Santé sexuelle et reproductive parmi les Etats membres.

Une quarantaine de délégués venant des Etats insulaires africains, dont du Cap-Vert, les Comores, Madagascar, Sao Tomé-et-Principe et les Seychelles, ainsi que des Etats membres de l’UA, dont le Kenya et la Guinée équatoriale partageront leurs expériences sur les problèmes de Santé maternelle, néonatale et infantile.

En outre, l’Association des premières Dames d’Afrique contre le VIH-Sida projette d’organiser pendant la conférence une rencontre en vue d'apporter leur soutien sur les questions de Santé maternelle, néonatale et infantile, ainsi que de Santé sexuelle et reproductive.

Le lancement du Plan d'action de Maputo (2016-2030) et de la Stratégie africaine de la santé (2016-2030) est aussi prévu lors de la conférence. Ce plan est un instrument de politique à long terme pour guider les actions du continent en matière de Santé sexuelle et des droits liés à la reproduction.

Ce cadre stratégique continental s’articule sur neuf domaines d'action qui sont: l'engagement politique, le leadership et la gouvernance; la législation sur la santé; le financement/les investissements dans la santé; le renforcement des services de santé/le développement des ressources humaines; les partenariats et les collaborations; l'information et l’éducation; la responsabilité/le suivi et l’évaluation; l’investissement dans les populations vulnérables et marginalisées et l’amélioration de la santé et les droits en matière de sexualité et de reproduction pour les adolescents et les jeunes.

Citant l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le ministère a indiqué que chaque année dans le monde, 303.000 femmes meurent pendant la grossesse ou l’accouchement; 2,7 millions de nouveau-nés meurent pendant les 28 premiers jours de vie. On compte 2,6 millions d’enfants mort-nés et 5,9 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans. La grande majorité des décès ont lieu dans les pays à revenu faible et la plupart auraient pu être évités.

«Même si le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans est passé de 12,7 millions par an en 1990 à 5,9 millions en 2015, plus des deux tiers sont dus à des maladies que l’on peut éviter ou traiter par le biais d’interventions simples et peu coûteuses. Toutefois, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, la proportion des décès est en augmentation puisque 4 décès sur 5 d’enfants ayant moins de cinq ans ont lieu dans ces régions», a indiqué le communiqué.

S’agissant de Maurice, le taux de mortalité infantile enregistré en 2015 est de 13,6% pour 1000 naissances vivantes avec 173 décès enregistrés. Au cours de la même année, le nombre d’enfants mort-nés s’élevait à 125 alors que 24 enfants de moins de cinq ans sont morts.

Quant à la mortalité maternelle, le nombre de décès enregistré était de 6.
-0- PANA NA/IS/IBA 31oct2016

31 octobre 2016 13:44:36




xhtml CSS