Manifestation, mercredi à Bamako, de la caravane ouest-africaine "Droit à la terre, une lutte commune"

Bamako, Mali (PANA) - La caravane ouest-africaine «Droit à la terre, à l’eau et aux semences agricoles, une lutte commune», s'est manifestée, mercredi à Bamako, par une marche du Boulevard de l’Indépendance en Commune III du district de Bamako à l’Assemblée nationale du Mali sise en Commune II du District de Bamako où elle a officiellement remis le livre vert de la caravane au président de la Commission du Développement rural du Parlement malien, Idrissa Sangaré, a appris la PANA de source officielle.

Composée de représentants des 15 pays membres de la CEDEAO, cette caravane ouest-africaine pour la terre et les semences paysannes veut faire entendre les voix des communautés et populations et interpeller les autorités politiques et administratives nationales et les institutions sous-régionales comme la CEDEAO et l’UEMOA sur les questions de l’accaparement des terres, de l’eau et des semences paysannes.

Les marcheurs ont scandé des slogans tels que «Rendez-nous nos terres», «Donnez-nos nos droits, notre eau», « Restituez-nous nos maisons» ou «Le peuple du monde et du Burkina Faso sont debout contre les OGM pour la santé de nos enfants, la dignité des paysans et l’indépendance des peuples».

En recevant le cahier de doléances et le livre vert, le président de la Commission du Développement rural de l’Assemblée nationale du Mali a réaffirmé la disponibilité du Parlement malien qui est, selon lui, au courant des activités de la caravane. «Je puis vous assurer que vos doléances sont déjà arrivées à l’Assemblée nationale, les lois ne seront pas votées à votre insu. Tout le monde sera concerté dans le vote», a-t-il déclaré.

L’étape malienne a été également marquée par une grande rencontre au stade du 26 mars de Bamako, un atelier-débats sur les régimes fonciers et les droits à l’eau et un atelier sur la déclaration pour le droit des paysans.

Une conférence-débats sur les migrations, les mines et l’emploi mettra fin à l’étape malienne, le 12 mars à Kayes, d’où elle ralliera le Sénégal. La caravane avait pris, jeudi dernier, le départ au Burkina Faso. Elle mobilise environ 300 participants issus d’organisations, des victimes d’accaparement des terres et de l’eau, des déguerpis des quartiers populaires, des jeunes, des femmes et des ONG.
-0- PANA GT/IS/IBA 10mars2016

10 mars 2016 14:59:53




xhtml CSS