Mandela soutenu dans son projet de transfert de Al-Megrahi

Londres- Royaume Uni (PANA) -- Les familles des victimes de l'attentat de Lockerbie n'ont soulevé aucune objection à la proposition de l'ex-président sud-africain, Nelson Mandela, au sujet du transfert, dans un pays musulman, d'Abdelbaset Ali Mohamed al-Megrahi, le Libyen condamné à une peine de prison à vie pour cette attaque afin qu'il y purge le reste de sa peine.
"J'ai dit aux parents qu'il irait dans un pays en qui la Grande- Bretagne et les Etats-Unis ont confiance", a dit Mandela dimanche nuit à la presse à Londres à l'issue d'une réunion avec les parents des victimes.
"Personne ne s'y est opposé et j'ai été très heureux de leurs réponses.
Ils semblent avoir l'esprit ouvert, en dépit des blessures et des cicatrices dont ils ont souffert", a t-il ajouté.
L'ancien président sud-africain a révélé être déjà entré en contact avec les dirigeants de Tunisie et d'Egypte sur l'accueil éventuel de ce ressortissant libyen pour purger sa peine de prison dans l'un de leurs pays respectifs et ils sont tous deux prêts à recevoir le prisonnier s'il est transféré.
Pour Mandela, son intérêt continu pour cette affaire provient du fait qu'il a joué un rôle important pour convaincre le gouvernement libyen à livrer Al-Megrahi à la justice.
"J'ai pensé aux parents des victimes et combien ils ont souffert, parce que moi-même, lorsque j'étais en prison, j'ai perdu ma mère et mon fils aîné et ce sont des choses difficiles à accepter.
"J'ai été impliqué et je ne peux pas me laver les mains maintenant qu'il est reconnu coupable.
Il est temps que je lui apporte mon soutien, notamment compte tenu des critiques qui ont été faites", a-t-il dit à la presse.
En réaction à la conclusion de la réunion de Londres, le porte- parole du groupe représentant les parents américains des victimes de l'attentat, George Williams, 71 ans, s'est dit indigné par la proposition de Mandela.
Il a demandé au leader sud africain de résoudre les problèmes de son propre pays.
"Si Al-Megrahi est placé dans un pays musulman, il sera traité en héros, non en meurtrier.
Nelson mandela devrait s'occuper des problèmes de son propre pays et rester en dehors de cette affaire", a martelé le porte-parole.
Selon ce dernier, il s'est battu pendant 14 ans pour que justice soit faite à son fils et il continuera à lutter jusqu'à sa mort.
Mais le porte-parole des familles des victimes britanniques, qui n'a révélé aucun détail, a qualifié la réunion avec M.
Mandela d'agréable.
"C'était une réunion privée que les parents voulaient depuis des années.
Nous voulions avoir l'opportunité de remercier M.
Mandela pour la contribution qu'il a faite afin de rendre le procès possible.
Nous avons eu une réunion agréable avec lui", a dit ce dernier.
Al-Megrahi avait perdu son procès en appel au début de l'année.
Il a été condamné à une peine de prison à vie par un tribunal écossais aux Pays-Bas pour avoir placé en 1998 une bombe qui a fait 270 morts, à bord du vol 103 de la Pan Am.
Le ressortissant libyen a passé un an dans la prison haute sécurité de Glasgow, la capitale de écossaise.
Mandela lui a rendu visite récemment pour voir les conditions dans lesquelles il est détenu.

15 juillet 2002 16:41:00




xhtml CSS