Mali : Quatre personnes tuées dimanche dans une attaque à Tombouctou au Nord

Bamako, Mali (PANA) - Quatre personnes ont été tuées et deux autres blessées, dimanche à Tombouctou (Nord), dans une attaque perpétrée par des hommes armés non-identifiés, rapporte, mardi, l'Agence malienne de presse (AMAP).

Deux hommes armés circulant à moto ont ouvert le feu, dans un domicile au secteur Koiratao du quartier de Sankoré, tuant sur le champ trois personnes et blessant deux autres. L’un des blessés, admis à l’Hôpital régional, a succombé à ses blessures et l’autre, un des chefs du Mécanisme opérationnel de coordination ( MOC) à Gao, en permission, Jiddou Ould Hinnou, a reçu des soins.

Le MOC est un outil mis en place, conformément à l'Accord de paix et de réconciliation au Mali pour entreprendre des patrouilles dans les régions du Nord-Mali (Tombouctou, Gao et Kidal) en vue de sécuriser les personnes et leurs biens.

Cet accord a été signé en mai-juin 2015 entre le gouvernement malien, les groupes armés du Nord-Mali et la communauté internationale pour parvenir à une paix définitive dans ce pays en proie à des rébellions touarègues successives, exacerbée par de fréquentes attaques terroristes depuis 2012, année au cours de laquelle les Touaregs indépendantistes, appuyés par des djihadistes de tous horizons, ont occupé pendant 9 mois les régions Nord du Mali.

Parmi les morts figurent un membre du Collège transitoire de Taoudenit, Sattar Ould Ahmed,  trois opérateurs économiques de la place. Le Collège transitoire, une recommandation de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, est une structure mise en place dans les régions  du Nord-Mali pour gérer les communes de cette partie du Mali.

Aussitôt informés de l’attaque, le gouverneur de la région de Gao, des responsables de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) et les forces armées maliennes se sont rendus sur les lieux pour constater les dégâts et rendre des visites aux blessés et aux familles endeuillées.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes du drame et les forces de sécurité ont engagé des opérations de ratissage afin de traquer d’éventuels assaillants.

Dans la même journée du dimanche, des hommes armés ont lancé un obus, tombé près du camp méhariste de la Garde dans la commune de Gossi, non loin de la Route nationale reliant Sévaré à Gao, faisant trois blessés dont une fillette, admis à l’hôpital de Gao.

Le Nord et le Centre du Mali sont la cible de fréquentes attaques terroristes visant les forces armées maliennes, les forces de la MINUSMA et françaises de "Barkane", ainsi que les populations civiles.
-0- PANA GT/IS/IBA 10juil2018

10 Julho 2018 14:30:38




xhtml CSS