Macron reçoit séparément al-Sarraj et Haftar après leur engagement pour un cessez-le-feu

Tripoli, Libye (PANA) - Le président français, Emmanuel Macron, a reçu, mardi au Palais à la Celle-Saint-Cloud, ouest de Paris, séparément, le président du Conseil présidentiel libyen, Fayez al-Sarraj et le chef des forces armées nationales libyennes, le maréchal Khalifa Haftar, après la publication d'un projet de Déclaration conjointe dans laquelle, les deux parties ont convenu d'un cessez-le-feu dans le pays et l'organisation le plus rapidement possible d'élections générales.

La présidence de le République française a diffusé, lundi soir, après des concertations entre les délégations des deux parties libyennes, une Déclaration conjointe qui stipule que le cessez-le-feu ne s'applique pas aux efforts de lutte contre le terrorisme.

Les deux paries se sont engagées dans cette déclaration à ériger un Etat civil et démocratique fondé sur des institutions de la loi et de l'Etat de droit. Elles ont également plaidé pour la construction d'une armée nationale unifiée qui soit placée sous l'autorité du pouvoir civil.

La déclaration a réaffirmé la validation de l'Accord politique libyen signé, le 17 décembre 2015 à Skhirat au Maroc, sous l'égide des Nations unies.

La Libye est plongée, depuis ces dernières années, dans un chaos généralisé marqué par l'impasse du processus politique initié par les Nations Unies, mais qui s'est enlisé avec le temps en raison de l'entêtement des protagonistes.

Optant pour la solution militaire, les différentes parties en conflit en Libye ont occulté toute possibilité d'une issue négociée de la crise en dépit de la situation désastreuse que traverse le pays et des souffrances infligées aux citoyens.

Le pays est complètement paralysé à cause d'une banqueroute économique qui se manifeste par une chute vertigineuse du dinar en particulier sur le marché noir, un manque de liquidités dans les banques au point que les retraits hypothétiques sont plafonnés et un déficit budgétaire accentué par la baisse des revenus pétroliers.

Pris en tenaille des feux croisés des affrontements qui éclatent régulièrement entre les groupes armés et autres milices qui sévissent dans le pays, les Libyens vivent dans des conditions déplorables.

Les différents appels des organisations humanitaires mondiales et de défense des droits de l'Homme, à soutenir la Libye , témoignent des souffrances des citoyens qui subissent de plein fouet l'insécurité et les privations.

Ainsi, cette rencontre à Paris est porteuse d'espoir bien que l'issue de l'entrevue à travers la Déclaration conjointe limite les ambitions pour régler la crise libyenne comme par une baguette magique.

Comme quoi, seule la volonté sincère des Libyens et leur désir de surmonter leurs divergences et de transcender les intérêts égoïstes sont à même de ramener et la paix et la stabilité dans ce pays d'Afrique du Nord.
-0- PANA BY/IS/IBA 25juil2017  

25 juillet 2017 16:32:09




xhtml CSS