MSF estime que la Guinée est à la traîne dans la lutte contre le SIDA

Conakry, Guinée (PANA) - L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a exhorté vendredi le gouvernement guinéen et les partenaires au développement à fournir beaucoup plus d’efforts en vue de combattre la pandémie du SIDA en Guinée, qu’elle considère comme un pays à la traîne, souligne un communiqué transmis à la PANA.

Selon MSF, la Guinée traîne le pas dans la fourniture des anti-rétroviraux (ARV) à l’endroit des malades, dont certains sont refoulés par des centres de santé à cause de l’absence de médicaments appropriés destinés aux patients.

Environ 16.000 personnes, soit 40 pour cent de malades, poursuit la même source, n’ont pas accès aux traitements adéquats, de même qu’un enfant malade sur 6, et 6 femmes infectées sur 10, n’ont également pas accès aux soins, précise MSF.

Cependant, dans un message radiodiffusé dans la perspective de la célébration samedi du 31ème anniversaire de la Journée mondiale contre le SIDA, le Premier ministre, Mohamed Said Fofana, a assuré que le gouvernement allait consacrer des moyens efficients dans la lutte contre la pandémie pour que avant 2015, le SIDA soit éradiqué en Guinée.

Le Premier ministre, président du comité de lutte contre le SIDA, a assuré que de gros efforts ont été fournis dans la lutte contre la maladie qui, selon plusieurs sources, affecte 1,5 pour cent de la population, en majorité des routiers, des travailleuses du sexe, des éléments des forces de l’ordre, entre autres.

Le centre "Dream" de la communauté Sant ‘Egidio, qui a ouvert ses portes en Guinée en 2006, souligne-t-on de bonne source, a en charge plus de 3.000 malades, dont 2300 sont sous traitement ARV et plus de 5.000 femmes enceintes ont été suivies dans le cadre la prévention de la transmission mère-enfant.

Doté d’une enveloppe de plus de 10 millions d’euros, le centre a enregistré la naissance de plus de 580 enfants parmi lesquels 14 seulement ont été reconnus infectés par le virus. Le projet, financé par l'Agence espagnole de coopération internationale et de développement (AECID) devrait permettre à plus de 5.000 patients de bénéficier d'un complément alimentaire mensuel.

-0- PANA AC/TBM/SOC     30nov2012

30 novembre 2012 20:44:32




xhtml CSS