M. Mandela réitère ses engagements dans l'affaire Lockerbie

Tripoli- Libye (PANA) -- L'ancien président Sud-africain, Nelson Mandela, a réitéré dans un entretien téléphonique mercredi soir, avec le guide de la révolution libyenne le Colonel Mouammar Kadhafi, ses engagements relatifs à l'affaire de Lockerbie ainsi que la poursuite de ses concertations avec toutes les parties concernées par cette affaire.
M.
Mandela, qui avait joué un rôle clef avec les dirigeants d'Arabie Saoudite pour le déblocage de l'affaire de Lockerbie en mars 1999, alors qu'il était encore président sud-africain, a critiqué, dans une première réaction à l'issue du verdict de la cour du Camp Zeist, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour leur refus de lever les sanctions contre Tripoli.
Mandéla estimait que ces deux pays n'honoraient pas une promesse faite après l'extradition des deux libyens.
La cour du Camp Zeist avait condamné le 30 janvier 2001 à la prison à vie, l'un des deux suspects libyens Abdelbasset Al-Megrahi et acquitté son compatriote Al-Amine Khalifa Fhima rappelle-t-on.
"Nous attendons de l'Occident qu'il montre la voie en matière de responsabilité morale et non pas qu'il modifie l'emplacement des buts.
Quand des accords ne sont pas honorés, cela revient à semer la confusion dans les affaires internationales", avait déclaré Nelson Mandela à l'époque.
La conversation téléphonique de M.
Mandela avec le Colonel Mouammar Kadhafi intervient alors que des médias internationaux ont révélé que Tripoli avait proposé des compensations conditionnées de 2,7 milliards de dollars pour les familles de victimes de l'attentat de Lockerbie, a-t-on constaté.
Tripoli, par la voix de son secrétaire des liaisons extérieures et de la coopération internationale, a démenti l'information.
Cependant un porte parole officiel libyen n'a pas écarté la possibilité que des hommes d'affaires libyens se seraient entretenus avec les avocats des familles des victimes à ce sujet.
Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain Collin Powel a qualifié, jeudi, la proposition libyenne de "pas important sur la bonne voie".

30 mai 2002 13:13:00




xhtml CSS