Lybie : Le gouvernement plaide pour la conjugaison des efforts pour lutter contre le terrorisme et les crimes transfrontaliers

Tripoli, Libye (PANA) - "La Libye souffre du terrorisme, de l’augmentation du crime transfrontalier, qui nécessitent la conjugaison des efforts de tous pour les affronter", a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Siala, appelant à prendre des mesures urgentes pour empêcher leur accroissement.

Lors du discours officiel de la Libye devant la réunion ministérielle sur la sécurité à la frontière commune entre la Libye, le Tchad, le Niger et le Soudan, qui a eu lieu, mardi soir, dans la capitale nigérienne, Niamey, M. Siala a indiqué: "nous sommes réunis aujourd'hui afin de renforcer la coopération politique et de sécurité entre nos pays et d'élaborer des plans et programmes, pour combattre le terrorisme, la criminalité transnationale, le trafic de drogues et la contrebande de marchandises, ainsi que pour relever collectivement ces défis auxquels notre région est confrontée".

Il a souligné qu’"il faut agir collectivement pour faire face aux risques qui menacent d’éliminer nos peuples et nos espoirs pour les progrès et le développement", soulignant que "la Libye est devenue un couloir pour les groupes terroristes et la contrebande d'armes, des biens et des personnes, ce qui constitue un fardeau important pour l'Etat libyen, en plus des camps construits par ces bandes criminelles établies au Sahel et au Sahara pour déstabiliser la région".

M. Siala a ajouté que: "la Libye continue à travailler pour contrer les menaces, mais tous les efforts ne seront pas suffisants à moins qu'une coopération régionale en matière de contrôle des frontières, découlant d'une stratégie et d’un mécanisme clair ne soient établis pour assurer l'échange d'informations et la cohérence des efforts jusqu'à ce soit finalement éliminé ces risques".

"Le terrorisme peut être accru et exacerbé si nous ne prenons pas des mesures urgentes pour faire face efficacement à cette menace", a-t-il dit, ajoutant qu’on "doit mettre en place un partenariat régional fort pour adopter une approche large qui combine les efforts régionaux afin d’éliminer cette menace".

La rencontre de Niamey intervient suite au sommet de Kigali, qui a regroupé les présidents tchadien, Idriss Deby Itno, soudanais, Omar el-Béchir, nigérien, Mahamadou Issoufou et le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohamed Siala, ayant débouché sur la proposition de tenir une réunion à quatre d'urgence entre la Libye, le Niger, le Tchad et le Soudan pour discuter de la coordination afin de promouvoir la coopération commune et la recherche de nouveaux mécanismes de suivi du renforcement de la gestion des frontières et de la sécurité.
-0- PANA BY/IS/IBA 04avr2018

04 avril 2018 15:43:45




xhtml CSS