Libye : 4 pays dont les États-unis, se félicitent de la reprise des activités pétrolières sous le contrôle de la NOC

Tripoli, Libye (PANA) - Les gouvernements de la France, de l'Italie, du Royaume-uni et des États-unis se sont félicités de l'annonce de la reprise par la Compagnie nationale de pétrole de Libye (NOC) de son travail vital au nom de tous les Libyens.

"Nous félicitons la légitime Compagnie nationale de pétrole qui répare les infrastructures, honore ses obligations contractuelles et, ayant levé les dispositions sur l'état d'urgence dans l'est de la Libye, rétablit les exportations et la production de pétrole si essentielles à la prospérité de la Libye", a indiqué un communiqué publié ce jeudi par le quatuor.

Ces pays ont également salué les contributions de l'armée nationale libyenne pour rétablir la stabilité dans le secteur pétrolier de la Libye, qui est primordial pour l'intérêt national.

Les installations pétrolières, la production et les revenus de la Libye appartiennent au peuple libyen, ont indiqué ces pays, qui ont réitéré que la NOC doit être autorisée à travailler au nom de tous les Libyens, tout en ajoutant que les ressources pétrolières libyennes doivent rester sous le contrôle exclusif de la Compagnie légitime et sous la seule supervision du gouvernement d'union nationale, comme indiqué dans les résolutions 2259 (2015), 2278 (2016) et 2362 (2017) du Conseil de sécurité des Nations unies.

"L'heure est venue pour tous les acteurs libyens d'entamer une discussion libyenne sur la manière d'améliorer la transparence fiscale, de renforcer les institutions économiques et d'assurer une juste répartition des ressources du pays, dans le cadre du Plan d'action formulé par le Représentant spécial des Nations unies, Ghassan Salamé, et sur la base de l'accord politique libyen approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU par le biais de la résolution 2259 (2015)", a souligné le communiqué.

A cet égard, ils ont salué la proposition du président du Conseil de la présidence d'aller de l'avant avec une transparence accrue des institutions économiques libyennes.

Ils ont appelé les dirigeants libyens à saisir cette opportunité importante dans le cadre de l'accord politique libyen pour résoudre les différends sur la Banque centrale de Libye, renforcer le dialogue sur la répartition des ressources par le budget national et œuvrer à l'unification des banques centrales, ainsi que la dissolution des institutions parallèles, comme convenu dans la déclaration conjointe du 29 mai à Paris.

"Nous sommes également solidaires des dirigeants de la Libye qui travaillent à la mise en place d'un processus politique inclusif qui conduira à des élections nationales crédibles, pacifiques et bien préparées, dès que possible", ont indiqué les quatre pays.

Les gouvernements de la France, de l'Italie, du Royaume-uni et des États-unis se sont engagés à soutenir les dirigeants libyens dans la poursuite de ces mesures et utiliseront tous les outils à leur disposition pour demander des comptes à ceux qui compromettent la paix, la sécurité et la stabilité.
-0-PANA BY/BEH/SOC12juil2018

12 july 2018 22:39:02




xhtml CSS