Les recommandations pour la réalisation des OMD rendues publiques

Charm el-Cheikh- Egypte (PANA) – Les recommandatio-ns du Groupe de pilotage pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ont été rendues publiques mardi à Charm el- Cheikh, en Egypte, en marge du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, a constaté sur place la PANA.
Plusieurs personnalités dont le président de l'UA, Jakaya Kikwete, la vice-Secrétaire générale des Nations unies, Mme Asha-Rose Migiro et le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, ont assisté au lancement de ces recommandations.
A mi-parcours des efforts pour la réalisation des OMD d'ici à 2015, la rapport note que beaucoup de pays africains ne sont pas sur la voie de réaliser ces objectifs, même si des avancées économiques ont été notées en Afrique.
Le président de la BAD est très clair à ce propos: "le bilan est mitigé et très peu de pays africains ont des chances de réaliser les OMD, si on ne redouble pas d'efforts", soutient-il, ajoutant que ce sont les pays sortant de conflit qui sont les plus touchés.
Se basant sur un certain nombre de succès récents, notamment l'extension du traitement du VIH/SIDA, l'augmentation de la production agricole, le bond en avant réalisé dans la scolarisation des enfants et l'amélioration de l'accès à l'eau, le rapport souligne qu'il "est possible de réaliser des progrès rapides dans toute l'Afrique, lorsque des programmes nationaux bien fondés sont complémentaires d'une assistance au développement adéquat et d'un soutien entier du système international".
M.
Kikwete déclare à ce propos que "l'appui à l'Afrique ne doit pas être comme une question morale, mais comme un problème de sécurité".
Selon le rapport sur les recommandations, "les engagements existants suffisent à multiplier les bons résultats et à réaliser les OMD".
C'est d'ailleurs le but assigné au Groupe de pilotage pour la réalisation des OMD en Afrique.
Ses objectifs se déclinent en trois point: renforcer les mécanismes internationaux pour les mesures à prendre dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, améliorer la prévisibilité de l'aide et renforcer la coordination au niveau national.
Cependant, le rapport fait observer que les recommandations sont en grande partie sujettes au respect par le G8 (les huit pays les plus industrialisés) de ses engagements pris au sommet de Gleneagles, en Ecosse, en 2005, consistant à augmenter l'Aide publique au développement à l'Afrique de 25 milliards de dollars US par an d'ici à 2010.
Mais les derniers chiffres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) montrent que l'Aide publique au développement (APD) annuelle nette à l'Afrique n'a jusqu'ici augmenté que de 6 milliards de dollars US par an, soit le quart de ce qui était prévu, souligne le rapport.
Malgré cette situation, le Groupe de pilotage estime qu'il faut 72 milliards de dollars US par an pour permettre la mise en oeuvre de ses recommandations.
"Il existe des mécanismes, des possibilités de trouver les financements qui ne sont pas des contraintes budgétaires", fait observer le patron de la BAD, Donald Kaberuka.
Il suffit pour cela de réduire les subventions pour dégager des fonds considérables en faveur des recommandations du Groupe de pilotage, a- t-il ajouté.
Le Groupe de pilotage fait appel à des investissements ciblés visant à lancer la révolution verte en Afrique, à accélérer le soutien aux systèmes d'éducation et de santé, créer des projets majeurs pour combler la manque d'infrastructures et de réseaux commerciaux, etc.
Ainsi, souligne le rapport, "grâce à l'élan créé par le fort taux de croissance économique dans de nombreux pays africains, l'augmentation des engagements pour une mobilisation des ressources nationales et l'amélioration des politiques et de l'administration, les OMD peuvent être atteints en Afrique".
Le Groupe de pilotage est une initiative du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qui en assure la présidence.
Il comprend les patrons de la BAfD, de la Commission de l'Union africaine, de la Commission européenne, du Fonds monétaire international, de la Banque islamique de développement, de l'OCDE et du Groupe de la Banque mondiale.

01 juillet 2008 12:43:00




xhtml CSS