Les recommandations de la Ligue arabe au Caire au menu de la presse libyenne

Tripoli, Libye (PANA) - Les journaux libyens, cette semaine, ont largement commenté la réunion extraordinaire du Conseil des délégués des pays membres de la Ligue des Etats arabes réunis au Caire pour traiter de la situation en Libye, notamment la déclaration de solidarité avec le peuple libyen et ses institutions légitimes, appelant à soutenir la Libye dans sa lutte contre le terrorisme.

Le journal Libya Al-Mostakbal a relayé la déclaration finale du Conseil de la Ligue arabe qui a renouvelé, lors d'une réunion d'urgence tenue au Caire, au niveau des délégués permanents en session extraordinaire pour discuter des développements en Libye, "son soutien à la légitimité de la Chambre des représentants (Parlement) et au gouvernement intérimaire qui en émane" et "sa solidarité absolue avec le peuple libyen dans le rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Libye".

Selon le journal, la rencontre a demandé au Secrétaire général de "suivre les développements et de prendre les mesures nécessaires pour convoquer dès que possible une réunion du Conseil de la Ligue arabe lors des consultations au niveau ministériel, exprimant sa "profonde préoccupation à l'égard de l'escalade de la violence et des actions armées poursuivies en Libye".

Libya Al-Mostakbal s'est fait l'écho de la requête du représentant de la Libye à la Ligue arabe, Achour Abou Rached, contenue dans la déclaration, demandant la nécessité pour la communauté internationale d'assumer son rôle de soutenir l'armée libyenne en équipements et par l'activation des résolutions du Conseil de Sécurité à cet égard.

"Une solution politique est la seule manière de résoudre la crise en Libye à travers un dialogue national global et consensuel entre toutes les parties libyennes qui renoncent à la violence, afin de parvenir à la sécurité, à la stabilité et à soutenir les institutions légitimes, ainsi qu'à isoler les groupes terroristes, à améliorer la sécurité et la souveraineté de la Libye, l'unité de son peuple et la sécurité des pays voisins", a écrit le journal, citant la déclaration des représentants des pays membres de la Ligue.

Selon le journal, le document a mis l'accent sur "l'indépendance et la souveraineté de la Libye et de son intégrité territoriale, ainsi que la non-ingérence dans les affaires internes", réitérant "le rejet de toutes les formes de terrorisme et la nécessité de les contrer avec vigueur, conformément aux résolutions de la légitimité internationale et sa condamnation sévère de toutes les attaques contre les institutions et les structures économiques dans le Croissant pétrolier en Libye, eu égard aux préjudices qu'elles représentent pour les potentialités économiques de la Libye".

"Le respect des décisions du peuple libyen et son soutien aux institutions légitimes, ainsi qu'à la reconstruction et la réhabilitation des forces armées libyennes et de la police par des programmes spécifiques pour la construction de la paix et de réadaptation", ont figuré parmi les recommandations adoptées par les participants qui ont plaidé pour la levée de l'interdiction sur l'armement de l'armée, de manière à contribuer à la stabilité et la sécurité, ainsi qu'à promouvoir les efforts de développement.

Le journal Al-Wassat s'est, pour sa part, intéressé à la nouvelle tournée en Libye de l'envoyé spécial des Nations-Unies, Bernardino Leon, après le report, le 5 janvier, du nouveau cycle du dialogue inter-libyen en raison des profondes divergences entre les protagonistes, en menant de nouvelles consultations impliquant les chefs militaires sur le terrain ayant abouti à l'annonce d'une réunion qui regroupera au Bureau de l'ONU à Genève, en Suisse, la semaine prochaine, les parties libyennes dans le cadre des bons offices pour organiser un dialogue inter-libyen, auquel prendra part l'équipe de dialogue désignée par le Parlement.  

Selon le journal citant le député Aboubaker Baïra, des parties pourraient participer à cette rencontre, précisant qu'"il n'y aura pas de contacts directs avec eux (autres protagonistes). La communication se fera par l'intermédiaire du délégué des Nations-Unies en tant que médiateur".

Le même journal a rapporté que l'envoyé des Nations-Unies en Libye, Bernardino Leon, a suggéré aux acteurs de la crise politico-militaire en Libye, l'arrêt des combats avant le lancement d'un nouveau cycle de dialogue politique afin de trouver une solution à la crise actuelle dans le pays.

Al-Wassat a ajouté que le représentant spécial de l'ONU a souligné la nécessité de convoquer le deuxième round de dialogue politique très bientôt en vue d'arrêter le glissement du pays vers un conflit plus profond et l'effondrement économique du pays, précisant que "la majorité du peuple libyen veut la paix et ne doit pas être prise en otage par une petite minorité qui croit qu'elle peut gagner ce conflit militaire.

"Il est important que ce dialogue entre les parties libyennes commence très bientôt", a ajouté le journal, citant M. Leon qui a averti que le temps était compté, et que plus on accuse du retard dans la lutte contre la crise politique et sécuritaire du pays et plus il sera difficile de parvenir à une solution qui mettra fin au combat, restaurer l'unité politique et institutionnelle de l'Etat et relancer l'économie du pays.

-0- PANA BY/IS/SOC 10janv2015

10 janvier 2015 15:39:11




xhtml CSS