Les recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo

Lomé, Togo (PANA) - La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a fait d’importantes recommandations pour une sortie de crise au Togo, à l’issue des travaux de la 53ème session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement, mardi à Lomé, indique le communiqué final.

La CEDEAO, qui a examiné le rapport des facilitateurs, le président ghanéen, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo et son homologue guinéen, Alpha Condé, dans le cadre du mandat qui leur a été confié par la Conférence du 14 avril 2018, propose le 20 décembre prochain comme date de l’organisation des élections législatives et "exhorte le gouvernement à procéder à la révision intégrale du fichier électoral".

Elle invite également le gouvernement togolais et acteurs politiques à "œuvrer pour les réformes", comprenant, notamment, le mode de scrutin à deux tours pour l’élection du président de la République, la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, la recomposition de la Cour constitutionnelle et la limitation du nombre de mandats de ses membres, ainsi que le renforcement du processus électoral.

La CEDEAO recommande que ces réformes soient adoptées par la voie parlementaire, "en vue d’accélérer le processus de leur mise en œuvre", ou soumises aux consultations électorales.

L’organisation ouest-africaine, qui propose la mise en place d'un comité de suivi de ces recommandations, suggère "l’accélération et la finalisation du recensement électoral pour établir des listes électorales fiables ; la possibilité pour les Togolais vivant à l’étranger de voter dans leurs lieux de résidence lors des élections nationales ; le déploiement des observateurs électorau".

Depuis un an, le Togo fait face à une crise socio-politique d’envergure sur des questions liées aux réformes institutionnelles et constitutionnelles, rappelle-t-on.

L’opposition, qui accuse le pouvoir de dilatoire dans la mise en œuvre des réformes signées lors de l’Accord politique global en 2006, organise des manifestations réclamant le départ pur et simple du président Faure Essozimna Gnassingbé, le retour à la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora.
-0- PANA FAA/JSG/IBA 02août2018



02 أغسطس 2018 07:42:50




xhtml CSS