Les rebelles soudanais invités à signer l'accord de paix

Abuja- Nigeria (PANA) -- Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Nigeria poussent le Soudan et les groupes rebelles du Darfour à signer le protocole de paix sous la houlette de l'Union africaine.
Le président nigérian, Olusegun Obasanjo, le vice-secrétaire d'Etat américain, Robert Zeollick et le secrétaire britannique au Développement international, Hilary Benn ont tenu des réunions séparément avec les deux parties à Abuja.
Mais, selon des sources concordantes, les rebelles de l'Armée de libération du Soudan (ALS) et du Mouvement pour l'égalité et la justice (MEJ) sont toujours peu enthousiastes à signer l'accord malgré les 48 heures de délai supplémentaires qui expirent ce mardi soir.
Un premier délai est épuisé depuis dimanche alors que seul le gouvernement soudanais était disposé à signer le document de 85 pages qui comprend les détails sur le partage des ressources, du pouvoir et de la sécurité.
Le président Obasanjo a rencontré le médiateur en chef de l'Union africaine, Salim Ahmed Salim.
Les deux avaient convenu de la nécessité de maintenir à la table de négociation les belligérants.
Mardi, en début de matinée, Robert Zeollick et Hilary Benn ont séparément rencontré les deux parties pour décrocher un accord.
Mais, après les rencontres, le représentant de l'ALS, Minni Minnawi, apparu pour la première fois en tenue militaire depuis le début du 7ème round des négociations en 2005 et les autres membres de sa délégation, a déclaré que les pourparlers ont échoué.
"Je vais retourner chez moi.
Nous allons reprendre les armes à défaut d'un bon compromis.
C'est ce qui s'impose à présent", a-t- il déclaré.
Quelque 200.
000 personnes ont trouvé la mort et deux millions d'autres déplacées depuis que les rebelles ont pris les armes en 2003 pour exiger du gouvernement soudanais un partage équitable des ressources dans la région.

02 mai 2006 22:38:00




xhtml CSS