Les quotidiens sénégalais saluent la mémoire de Nelson Mandela

Dakar, Sénégal (PANA) - Les quotidiens sénégalais ont consacré, vendredi, leurs titres et des photos grand format à la disparition de l’ancien dirigeant sud-africain Nelson Mandela, en signe de respect pour sa grandeur et sa légende.

"Son combat contre le système de l’apartheid a été utile. Homme d’un grand courage, il a accompli une mission que des générations d’Africains prendront comme modèle et référence, écrit l’éditorialiste du quotidien gouvernemental, "Le Soleil".

Pour l'éditorialiste, le "Prix Nobel de la paix, Mandela, a bien vécu. Il a même bien vécu, traversant le 20ème siècle, auréolé de gloire".

"Merci, Madiba. Tu nous auras appris la vraie valeur de la grandeur humaine", ajoute-t-il.

"Ok, Madiba !"’, s’exclame le quotidien privé "La Tribune", ajoutant une prière à la mémoire de l’illustre disparu: "Nelson Mandela repose en paix".

"La planète entière va pleurer cet homme multidimensionnel", renchérit-il.

L’éditeur du quotidien privé "Libération" remercie Mandela, dans sa langue, le Xossa: Enkosi Madiba ! et affiche en couverture une photo de Mandela soutenant la lutte contre la pandémie du SIDA.

"Mandela est longtemps resté sur la liste des +terroristes+ recensés par le Pentagone", rappelle Moussa Paye, dans le journal privé "Enquête".

Journaliste et membre fondateur du Comité anti-apartheid sénégalais, Paye affirme que: "même au Sénégal, du temps de la guerre froide et des deux blocs, l’image positive de Nelson Mandela ne s’est imposée que progressivement".

D’autres journaux donnent des raisons de l’amour pour ce grand homme.

"On l'aimait parce qu'il était un visionnaire, (…) il respirait une terrible simplicité que ne perturbe nulle fureur (et) il était profondément bon. Il avait cette lucidité qui le rendait imperméable à l'insidieuse ivresse du pouvoir", explique l’éditorialiste de "Sud-Quotidien".

"Il était grand. Endurant. Généreux. Altruiste. Indulgent. Visionnaire. Célèbre", renchérit le journal privé "Le Quotidien". "Avec Mandela, les sportifs, les politiques, les belligérants… ont toujours à apprendre", soutient-il, en guise d’adieu.

Dans un billet, "Direct-Info" souligne que: "le malheur d’avoir perdu Nelson Mandela ne doit pas nous faire oublier le bonheur de l’avoir connu".

"Le héros de l’histoire africaine s’en allé, mais Mandela doit rester à jamais une source d’inspiration pour l’Afrique et le monde entier", estime-t-il.

Le quotidien privé "Le Populaire" reproduit à son compte une interview de Radio France Internationale, réalisée en 2010, avec l’ancien chef de l’Etat du Sénégal, Abdou Diouf. Lequel commentait ses soutiens au combat de Mandela et de ses partisans dans toute la région de l’Afrique australe.

En 1985 et 1986, M. Diouf a eu deux mandats successifs de président en exercice de l’ex-Organisation de l’unité africaine (OUA), devenue Union africaine. A cet égard, il avait pris le risque d’aller montrer son soutien aux combattants de la liberté.

"Le 1er octobre 1985, je me suis envolé de Dakar pour faire tous les pays de la ligne de front et j’avais survolé l’Afrique du Sud (contre le gré du régime ségrégationniste) pour aller au Lésotho", déclare-t-il.

"Compositeurs, interprètes, réalisateurs… Ils sont nombreux à avoir chanté, peint, ou incarné Nelson Mandela. (…) Les Sénégalais Youssou Ndour, Baba Maal, Oumar Pène ou encore Kiné Lam se rappellent ce leader emblématique", signale le quotidien "Walfadjri".

Musicien et ancien ministre de la Culture, Ndour a donné à son dernier fils le nom de Madiba et le baptisant Ibrahima Nelson Mandela Ndour.

"Nous avons perdu notre père", pleure-t-il dans "L’Observateur", le quotidien de son groupe de presse.

"Madiba, le boxeur, le Bafana-Bafana et le Springbok", écrit le quotidien sportif "Stades", qui salue les valeurs olympiques incarnées par le défunt dirigeant sud-africain.

"Madiba s’est battu toute sa vie avec fair-play et dignité", note le quotidien sportif.

"Adieu Madiba", titre son confrère "Waa Sports" qui reprend un extrait de l’autobiographie de Nelson Mandela.

"Le football, aussi bien que le rugby, le criquet et les autres sports collectifs, a le pouvoir de guérir les blessures’’, écrit le journal;

Cette note d’espoir ne suffit toutefois pas à d’autres journaux sénégalais, inquiets quant à l’avenir de l’Afrique du Sud.

"Mandela au paradis ! La nation arc-en-ciel perd sa boussole", redoute "Remwi-Quotidien".

"Après la mort de Nelson Mandela, où va l’Afrique du Sud ?", se demande "La Vérité du jour", un nouveau quotidien privé.

"Aujourd’hui qu’il leur a tourné le dos, ses compatriotes vont-ils préserver l’unité du pays?", s’interroge-t-il encore.

"Après l’émotion, ce sera peut-être là l’occasion pour l’Afrique de se poser et de prendre en main son destin", conseille Youssou Ndour.

"Il nous a protégés de beaucoup de choses de son vivant, dit le chanteur. Maintenant, c’est à nous de garder cette flamme qu’il nous a donnée et de faire en sorte qu’elle ne s’éteigne jamais".
-0- PANA AB/JSG /IBA 06dec2013

06 décembre 2013 12:48:35




xhtml CSS