Les premières journées des Béninois de l'extérieur à la une

Cotonou- Bénin (PANA) -- Les journaux béninois ont consacré l'essentiel de leurs parutions de la semaine aux Premières journées des Béninois de l'extérieur, qui ont démarré lundi dernier à Cotonou.
Le Matinal, qui a rendu compte dans sa livraison de mardi, comme les autres, de la cérémonie d'ouverture, a expliqué que ces journées permettront aux Béninois de l'extérieur d'engager avec leurs frères restés au pays des débats sur le développement du Bénin.
Le journal rapporte que les 300 participants à ces journées échangeront sur les sujets d'actualité, notamment les Perspectives à long terme: Bénin 2025, le Programme d'action du gouvernement, le processus de décentralisation, la loi électorale (et) exposeront à leurs frères restés sur place les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leurs pays d'accueil respectifs.
Le Progrès du même jour précise que ces journées visent à faire de la diaspora béninoise un "vecteur de développement".
Le journal, qui rapporte que M.
Michel Sabba d'Almeida, président du Haut conseil des Béninois de l'extérieur, a failli gâcher la fête, indique que celui-ci a ouvertement accusé les membres du gouvernement de vouloir récupérer l'organisation qu'il préside à des fins politiques.
A mots à peine voilés, rapporte le journal, M.
d'Almeida a imputé les difficultés rencontrées par l'institution aux tentatives visant à lui conférer une connotation politique.
La réplique du président de la République à cette accusation, publiée par le quotidien La nouvelle tribune dans sa parution du mercredi, a été la suivante: "j'ai été surpris de la réaction du président du HCBE, surpris de le voir encore en campagne pour les élections de mars 2001 ou en pré-campagne pour les municipales de décembre 2002".
De tels comportements ne permettent pas, selon le chef de l'Etat, de renforcer l'unité nationale et de travailler dans un esprit de concorde.
Pour sa part, Le Point au Quotidien fait remarquer qu'alors même que la Constitution béninoise les considère comme des citoyens à part entière, il est loisible de remarquer un désintéressement des Béninois de l'extérieur des questions de développement de leur pays, mais, estime-t-il, l'initiation des présentes assises vise à corriger cet état de choses en les impliquant davantage.
Sous le titre: "Investissement des Béninois de l'extérieur au Bénin: Encore beaucoup d'obstacles à lever", Le Républicain se fonde sur les accusations portées par ceux-ci sur les structures en place, qui constituent des "embûches" chaque fois qu'ils se décident à investir dans leur pays d'origine.
Les tares de l'administration, la méchanceté gratuite, le régionalisme sont autant de maux qui entravent le réel retour des capitaux pour le développement du Bénin, explique le quotidien.
Les Echos du Jour rappelle de son côté que "tout n'est pas rose" et que les réserves portées par de nombreux compatriotes de l'extérieur par rapport à l'investissement dans leur pays ne sont pas dénuées de tout fondement.
En conséquence, le commentateur invite les gouvernants à redonner confiance aux Béninois, tant de l'extérieur que de l'intérieur, en mettant l'accent sur la transparence et la clarté qui devraient régir l'investissement privé et la chute du taux actuel de corruption.
Sous le titre: "Diaspora phagocytée", le quotidien La Pyramide écrit: "La diaspora est au bercail à la faveur d'une rencontre dite de réconciliation.
Les nôtres d'ailleurs à qui on se plaît et complaît à suspecter la santé financière ou les opportunités d'affaires pensent et discutent développement national sur fond d'investissement.
Tant mieux si la cible de la croissance économique tant visée peut être atteinte !" Le Républicain, qui a réalisé un dossier sur l'événement, a abordé toutes les opportunités que pourraient apporter au Bénin les 1,8 millions de Béninois vivant à l'étranger, leurs frustrations lors des précédentes élections et leur apport dans l'économie nationale.
Si le journal déplore que seulement 7.
000 d'entre eux ont pu voter en 2001, il se réjouit tout de même que sur le plan économique, les Béninois de l'extérieur représentent "1,8 million de potentialités".
Le Républicain conclut que "le développement économique du pays lui impose d'associer toutes les forces internes et externes afin de parvenir à un mieux-être de ses populations" et que ces Journées nationales constituent déjà "un grand pas dans l'intégration de ces Béninois dans les difficultés que rencontre le pays à asseoir les bases d'un développement durable".

25 juillet 2002 19:36:00




xhtml CSS