Les pays africains font des progrès dans la lutte contre le Vih/Sida

Nairobi, Kenya (PANA) - A moins de six mois de la date limite fixée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (Omd) en 2015, les pays africains ont fait des progrès appréciables dans la lutte contre le fléau du Vih/Sida, selon un expert médical, Dr  Oteba Laurent.

"Si vous regardez les années 90 et au début des années 2000, l'image était très sombre, parce que les décès dus au Vih étaient élevés, le nombre de nouvelles infections à l'époque était très élevé», a appris à la PANA dans une interview exclusive, le conseiller du programme  Vih/Sida  au International  Planned Parenthood Federation (Ippf), basé à Nairobi.

"Sur les 36 millions de Personnes vivant avec le Vih à l'échelle mondiale d’alors, 70% se trouvaient en Afrique. Si vous avez été diagnostiqué avec le Vih dans les années 90, c’était une sentence de mort, parce que les médicaments anti-rétroviraux n’étaient pas largement disponibles. Même si elles étaient disponibles, ils étaient très chers, donc c’était difficile, même pour accéder au test de laboratoire, comme la numération des CD4 ", a-t-il noté.

Dr Oteba a attribué le succès enregistré à des investissements-clé dans le traitement, la prévention et le soutien aux personnes vivant avec la maladie par les différents pays et leurs partenaires mondiaux.

Le rapport d’Onusida de 2013 montre que la mort de maladies liées au Sida en Afrique a été considérablement réduite. Une  réduction de plus de 40% de  2012 a été enregistrée, même si le taux de prévalence est encore élevé.

Les gens qui ont le Vih peuvent maintenant vivre plus longtemps en raison de nouveaux médicaments, contrairement au passé, quand une infection du Vih était considérée comme une sentence de mort.

Le Vih est désormais considéré comme une maladie chronique, comme le diabète et l'hypertension et il n’est plus la maladie mortelle qu’elle était dans les années 90.

Toutefois, les questions de la stigmatisation, la discrimination et la criminalisation ainsi que la nouvelle législation menacent de renverser le succès enregistré.

Dr Oteba a exhorté les pays africains à ne pas être complaisants avec la situation actuelle, mais doivent soutenir la cadence dans la lutte contre le Vih, en allouant plus de ressources.
-0- PANA SB/MA/MTA/BEH/IBA   27 novembre 2014

27 novembre 2014 22:36:41




xhtml CSS