Les législatives au Pdci et le procès de Simone Gbagbo, l’essentiel de l’actualité des tabloïds ivoiriens

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Le secrétaire exécutif du Pdci-Rda, M. Maurice Kacou Guikahué, a prononcé une conférence dont le thème était « quelle place pour le Pdci-Rda dans la IIIème République » au siège du Pdci-Rda à Cocody, jeudi, comme le reporte l’Inter, tabloïd indépendant.

Cette conférence a été l’occasion pour l’ancien ministre de la Santé de donner son avis, selon l’article, sur la candidature des députés Pdci aux législatives prochaines. En effet, dit-il, dans les colonnes du quotidien: « On va en compétition pour gagner. Les gens doivent se réveiller. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé que tous les anciens députés, les femmes surtout, soient reconduits, mais à condition qu’ils aient un bon comportement ».

Un peu plus loin dans l’article, on peut lire que le secrétaire exécutif du parti de feu Félix Houphouët-Boigny exhorte les femmes à la mobilisation pour garder le leadership du
Pdci-Rda. En outre, toujours dans le  journal, il appelle les militants du vieux parti à s’approprier la nouvelle Constitution qui est un gage de liberté individuelle.

Selon l’Expression, proche du pouvoir, sur la question de Vice-présidence, Maurice Kacou Guikahué n’a pas manqué de souligner que le choix du Vice-président dépendait du Président Ouattara seul, qui peut choisir qui il veut à ce poste. Poursuivant sur le même sujet, nous rapporte  journal, le secrétaire exécutif a tenu à préciser que le président du Pdci, Henri Konan Bédié, n’est pas concerné par ce poste de vice-présidence dont les dossiers doivent être déposés au Conseil constitutionnel pour analyse.

Selon le Patriote, proche du pouvoir, l’accusée Simone Ggagbo et sa défense ne se sont pas présentées aux assises jeudi. Ce qui a conduit le juge Boiqui Kouadjo, à en croire les lignes du journal, à renvoyer l’audience au 16 novembre, en exigeant la présence de l’accusée. L’accusée de crime contre l’humanité et de guerre aurait refusé de comparaître sous prétexte de l’annulation de la citation à comparaitre de quatre témoins qui devaient se présenter à la barre, révèle le Patriote.

Selon le quotidien, cette attitude vise à mettre en cause le jugement de l’ex-Première Dame. Le Quotidien d’Abidjan, proche de l’opposition, révèle qu’il s’agit du professeur Allangba Simplice, expert en balistique, Mme Sira Dramé, MM. Affian Honoré et Gbodi qui devraient se présenter à la barre après avoir été cités par la défense.
-0- PANA JU/BEH 11nov2016

11 novembre 2016 15:21:30




xhtml CSS