Les leaders africains félicitent la performance de la BAD sur le continent

Abidjan- Côte d'Ivoire (PANA) -- Les leaders africains présents aux assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), à Abidjan, ont reconnu à l'unanimité la performance de cette institution à aider le continent à surmonter la crise économique mondiale.
S'exprimant à l'ouverture officielle de l'événement, le président ivoirien, Laurent Gbagbo, a magnifié les "interventions qui ne cessent d'augmenter" de la BAD dans les pays africains et a déclaré son appui total aux priorités qu'elle a définies.
"La Banque Africaine de développement a gagné en respectabilité et mobilise aujourd'hui beaucoup plus de ressources", a déclaré Gbagbo, avant de féliciter la BAD pour les "considérables progrès de ces dernières années".
Il a fait référence notamment aux domaines des infrastructures, de l'intégration régionale, du secteur privé, de l'enseignement supérieur et de la recherche, ainsi qu'aux efforts menés pour amoindrir les effets des changements climatiques sur le continent.
Laurent Gbagbo a souligné qu'aucun pays africain ne peut, isolément, atteindre le développement économique "sans résoudre les problèmes inhérents à l'absence de ces secteurs cruciaux".
Quant au chef d'Etat malien, Amadou Toumani Touré, il a aussi fait les éloges de la BAD pour ses interventions dans le domaine des infrastructures et dans les secteurs de l'eau et de l'assainissement dans son pays.
Il a souligné les opérations qui ont changé le panorama dans certaines localités de son pays au point qu'il "ne reconnaît plus les lieux qu'il connaissait avant".
Précédant les deux chefs d'Etat, le président de la BAD, Donald Kaberuka, a passé en revue les activités menées par son institution, l'an dernier, relevant que la BAD a "prouvé son tempéramment et sa valeur de franchise pour l'Afrique comme "une institution mûre qui sait ce qu'elle doit faire".
Dans un discours de 22 pages, Kaberuka a décrit comment l'institution a aidé plusieurs pays membres régionaux (africains) à dépasser l'impact néfaste de la crise financière, en assistant les gouvernements, leur permettant de tenir une croissance durable de leur économie.
Selon lui, la Banque a octroyé une aide budgétaire additionnelle ainsi que le financement commercial et en liquidités pour amoindrir l'impact de la crise financière dans les pays membres régionaux de l'institution.
D'après Kaberuka, la structure chargée du secteur privé a "rempli le vide" laissé par les donateurs impliqués dans des projets d'infrastructures clés.
Un tel appui, a-t-il déclaré, a été flexible, innovateur et proactif, réduisant considérablement le temps de réaction.
"Jusqu'en fin 2009, nous avons octroyé 12,6 milliards de dollars contre 5,5 milliards l'année antérieure", a indiqué M.
Kaberuka, soulignant que la Banque est restée forte, avec une situation financière robuste, des opérations dirigées et efficaces et une institution en transformation", a-t-il rappelé.
Les présidents Yayi Boni du Bénin, Faure Gnassingbe du Togo, Amadou Toumani Touré du Mali, et l'ancien président du Bostwana, Festus Mogae, prennent part aux réunions qui prennent fin ce vendredi dans la capitale économique ivoirienne.
Les Premiers ministres du Burkina Faso, du Ghana et du Rwanda sont également présents à ces assises, entre autres personnalités.
L'agenda des assemblées de la BAD cette année est dominé par la réélection de Kaberuka à la tête de l'institution, par l'approbation de la sixième augmentation générale du capital de la Banque et par la 12ème reconstitution du Fonds africain de développement (FAD).
La création des deux nouvelles directions exécutives de la BAD, élevant le nombre de directeurs exécutifs de 18 à 20 figure aussi dans l'agenda.
En général, organisées au mois de mai, les Assemblées annuelles de la BAD sont la plus grande rencontre d'experts financiers et de développement du continent, selon des sources de l'institution.
Des ministres des Finances, de hauts responsables gouvernementaux, des leaders dans l'entreprenariat, des académiciens, des professionnels de la communication et des représentants des organisations internationales et de la société civile font également partie des plus de 1.
500 participants.

28 mai 2010 18:50:00




xhtml CSS