Les journaux sénégalais saluent la réussite du XVème sommet de la Francophonie

Dakar, Sénégal (PANA) - Ce lundi, un seul sujet fait la ‘’Une’’ des quotidiens sénégalais.  C’est le  XVème sommet de la Francophonie qui, après deux jours, a refermé ses portes dimanche à Dakar.

Les parutions tirent, le premier bilan de ce conclave du monde francophone
« Organisation, mobilisation et participation: sommet réussi! » s’exclame ‘’L’As’’ sur sa première page. Le journal affiche une photo de Macky Sall le visage illuminé d’un large sourire qui triomphe au milieu de Abdou Diouf, le Secrétaire général sortant de l’Organisation internationale de la Francophonie et de Michaëlle Jean, désignée pour lui succéder.

« Au-delà du succès diplomatique et organisationnel, le sommet de Dakar a battu le record de participations. Le coup d’essai de Macky Sall a été un coup de maître. La Francophonie politique cède ainsi la place à la Francophonie économique. Dakar, un succès retentissant! », décrète la publication.

‘’Enquête’’, qui ne dit pas mieux, consacre ses honneurs à un homme. Mon confrère titre sur Abdou Diouf, l’ancien président du Sénégal et qui se retire de la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif) qu’il a dirigée pendant douze ans. Pour ‘’Enquête’’ le XVème sommet de l’organisation est tout simplement, « le triomphe de Diouf ». Le journal retient qu’il y a eu une « averse d’hommages sur Diouf ». Ce titre note que tout a commencé par le président Macky Sall qui, dans son discours de bienvenu à ses hôtes, a décidé de donner au centre nouvellement construit qui accueille l’évènement, le nom de l’ancien patron de l’OIF. « Le “bijou” s’appelle désormais Centre international de conférence Abdou Diouf (Cicad). Un cadeau qui ne pouvait laisser l’homme indifférent. Le Secrétaire général de la Francophonie sortant a réagit en ces termes: “M. le président, vous m’avez littéralement foudroyé, au vrai sens du mot », raconte ‘’Enquête’’.

Dans cette vague d’hommages à Abdou Diouf, ‘’le POPulaire’’ s’appuie sur les propos de la nouvelle Secrétaire générale de l’OIF. « Diouf, on ne le remplace pas, on lui succède pour que nous fassions mieux et toujours plus ensemble », lit-on.

Enfin, dans son éditorial intitulé « Une belle réussite pour le président Macky Sall », le directeur de publication du quotidien de service public ‘’Le Soleil’’ relève le génie des Sénégalais à faire de très bonnes choses. « Pour le Sénégal, cette rencontre a été l’occasion de démontrer qu’il est possible de réaliser des performances dans des délais serrés, si la volonté y est. C’est dire que les mêmes énergies, la même détermination, le même engagement sont encore de mise pour d’autres challenges à gagner, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent, porteur d’espoirs et de promesses", s’enorgueillit le responsable éditorial du journal.

Les points noirs du sommet qui n’ont pas échappé aux journaux.

Même si on ne peut douter de la réussite de l’évènement, on ne peut non plus occulter quelques points noirs notés dans cette grande rencontre du monde francophone. Les journaux n’ont pas manqué de souligner ces ratés.

C’est ‘’Sud Quotidien’’ qui ouvre la liste en dénonçant les conditions dans lesquelles les journalistes ont travaillé le premier jour du sommet. « Les journalistes accrédités pour la couverture du XVème sommet de la Francophonie ne sont pas prêts d’oublier leur matinée du samedi 29 novembre », écrit le confrère.

Le journal nous dit qu’ils ont été cantonnés dans un chapiteau exigu prévu pour moins de 200 personnes, alors que les confrères accrédités avoisinaient mille. « Dans ces circonstances, trouver une place où s’installer et mettre son matériel relevait d’un parcours du combattant. En
plus de cela, la connexion Internet était défaillante avec une instabilité qui en a découragé plus d’un», se désole la publication.

Concernant la mauvaise qualité d’accès à Internet, ‘’Sud Quotidien’’ a donné la parole à Cheikh Bakhoum, le directeur général de l’Agence de l’informatique d’Etat (Adie) qui s’occupe de ce volet du sommet. Il a déclaré: « Par rapport au WIFI, qui était accessoire, on a prévu un certain nombre d’utilisations; malheureusement, les personnes qui ont accrédité les journalistes ont dépassé le nombre prévu. Nous avons un millier de journalistes qui sont présents aujourd’hui dans le centre de presse, ce qui a évidemment changé les paramètres en termes de WIFI. Les journalistes normalement devraient se relayer sur ces machines pour traiter leurs vidéos, leurs images et leurs sons».

L’autre point, comme le signale ‘’Le POPulaire’’, c’est que, avec la désignation de la Canadienne Michaëlle Jean au poste de Secrétaire général, « L’OIF viole le pacte d’Hanoï ». Le quotidien rappelle qu’au sommet de 1997 à Hanoï au Vietnam, les dirigeants de l’OIF avaient convenu de façon tacite de laisser le Secrétariat général basé à Paris à un Africain et que le Canada occuperait le poste d’administrateur. Mais, d’après le confrère, les candidats africains qui ont refusé de dégager un homme consensuel dans leur rang, ont permis à la Canadienne de leur ravir la place.

« Se priver pour servir d’autres! Basse hauteur pour les Africains qui ont œuvré à l’éclatement du pacte de Hanoi », s’emporte ‘’Le POP’’ qui annonce que les Africains vont se consoler avec le poste d’administrateur qui leur revient de fait.

Dans la rubrique des ratés du sommet,  ‘’Enquête’’ met plutôt, dans ses pages,  l’accent sur trois présidents fâchés. Le journal renseigne que les chefs d’Etat mauritanien et équato-guinéens frustrés d’avoir été privés de parole lors de la cérémonie d’ouverture, ont repris leurs avions pour rentrer chez eux. Dans ses colonnes, la parution croit savoir que le président Nguéma estime qu’on aurait pu lui accorder ne serait-ce qu’une dizaine de minutes à la tribune.

‘’Enquête’’ note aussi que Denis Sassou-Nguesso n’est pas non plus content de ce sommet, car une fois encore, on n’a pas donné le Secrétariat général de l’OIF à son poulain Henri Lopez. Mon confrère indique que la colère du président congolais était d’autant plus grande qu’en 2002 déjà, son candidat s’était retiré pour laisser la place à Abdou Diouf.
-0- PANA KARL/BEH/IBA   01 décembre 2014

01 décembre 2014 13:34:17




xhtml CSS