Les journaux kenyans plaident pour une harmonie globale

Nairobi- Kenya (PANA) -- Les journaux kenyans ont demandé à la conférence contre le racisme qui se termine ce vendredi à Durban, en Afrique du Sud, de présenter des décisions qui créeraient une harmonie globale au lieu d'élargir le fossé entre les nations et les peuples.
Jeudi, dans des éditoriaux séparés, The People et East African Standard, tous deux basés à Nairobi, déclaraient que la réunion n'aurait jamais dû être un forum pour désigner des coupables mais une occasion de construire des passerelles et de supprimer les barrières qui séparent les différentes races du monde.
Analysant ce qu'il appelle le "retrait lâche" d'Israël et des Etats-Unis de la conférence, lundi, le Standard notait que la conférence de Durban n'aurait pas dû être réduite à la seule question du sionisme et du conflit au Moyen-Orient.
"La conférence de Durban porte non seulement sur Israël mais aussi sur le sionisme.
Il y a d'autres questions importantes à discuter.
Surtout, les Etats-Unis eux-mêmes ne peuvent pas affirmer qu'ils ne sont pas concernés par les problèmes raciaux discutés à la conférence", indique le journal.
Il note en outre que la conférence n'a pas eu bonne presse en Occident, soulignant que certains journaux britanniques avaient demandé à leur gouvernement d'emboîter le pas aux Etats- Unis et à Israël pour quitter ce forum "haineux" et "minable".
The People note qu'il était triste que dès le début, les gouvernements des Etats-Unis et d'Israël aient annoncé qu'ils n'enverraient pas des délégations de haut niveau au forum en raison de ce qu'ils appellent un langage "haineux" utilisé dans les documents précédent la conférence.
Cette attitude, estime le journal, équivaut à une trahison des orientations, aspirations et objectifs de la conférence puisque ces deux pays ont minimisé le thème, le contexte et le caractère immédiat de l'événement.
Pour The People, le racisme demeure une question essentielle pour l'Afrique pour la simple raison que le continent compte le plus grand nombre de Noirs qui ont été réduits à l'esclavage et continuent malheureusement de souffrir du racisme contemporain.
Le journal salue l'attitude plus positive de l'Allemagne "qui a mis de côté sa fierté et demandé pardon aux Etats africains qui ont été victimes de l'esclavage et de l'exploitation coloniale".
"Ce geste a revêtu une grande importance de la part du pays responsable de l'holocauste et du nazisme" ajoute-t-il.
Pour The People, l'attitude de Bonn aurait du être imitée par tous les autres pays européens qui ont participé et ont bénéficié de l'esclavage et du colonialisme.
"La conférence de Durban devrait être l'occasion de construire des passerelles et de supprimer les barrières qui séparent les différentes races du monde.
Elle ne devrait pas être un forum pour désigner des coupables et peaufiner un langage raciste", note-t-il.

07 septembre 2001 14:29:00




xhtml CSS