Les journalistes dénoncent leur exclusion du site du sommet

Accra- Ghana (PANA) – Les journalistes couvrant le- 9ème sommet ordinaire de l'Union africaine à Accra, au Ghana, ont protesté auprès des organisateurs pour avoir été empêchés, par des agents de sécurité, de couvrir la cérémonie d'ouverture de la rencontre au Centre de conférences, dimanche.
Une pétition a été signée à cet effet par la plupart des quelque 600 journalistes accrédités pour couvrir le sommet, prévu comme le grand débat sur le gouvernement d'union africain.
"Ce n'est pas la peine de rédiger des articles sur ce sommet si l'on nous limite à cette case (le centre de presse)", a déclaré J.
Boohene, une journaliste basée en Angleterre, en se dirigeant vers le centre de presse pour faire signer la pétition.
"J'ai parcouru des milliers de kilomètres pour couvrir cet évènement, on a pris mes empreintes et l'on m'a remis un badge, pour, à l'arrivée, m'interdire l'entrée du centre de conférences", s'est-elle plaint.
Les journalistes ont été particulièrement frappés par les mesures de securité extraordinaires, alors qu'on leur interdisait l'accès du lieu de la réunion, où ils auraient pu rencontrer les délégués.
Seuls les photographes ont été introduits dans la salle par groupes durant la cérémonie d'ouverture, qui est habituellement ouverte à la presse.
"Nous ne faisons que nous interroger entre nous, nous n'avons pas accès aux délégués", a déploré un autre journaliste.
"Il y avait une bien meilleure atmosphère de travail à Banjul", a-t-il déclaré, en faisant allusion au sommet de l'UA de l'année dernière dans la capitale gambienne.
Par ailleurs, le ministre ghanéen des Affaires étrangères, Nana Akufo-Addo, a invité la presse à faire preuve d'indulgence envers les organisateurs qui tentent d'équilibrer le fait d'assurer la sécurité de 40 chefs d'Etat et de gouvernement avec la nécessité de permettre aux journalistes de faire leur travail.

01 juillet 2007 13:25:00




xhtml CSS