Les femmes nigériennes réclament plus de représentativité dans les hautes fonctions de l’Etat

Niamey, Niger (PANA) - Les associations et les organisations féminines du Niger ont réclamé vendredi des autorités nigériennes le respect de la loi sur le quota dans les fonctions électives, au gouvernement et dans l'administration de l'Etat.

Dans un mémorandum adressé au chef de l’Etat et rendu public, les femmes soulignent que malgré la timidité observée dans l'application générale de cette loi, les femmes attendent encore pour accéder à certaines instances de prise de décisions.

Les femmes nigériennes ont "fondé beaucoup d’espoir" sur la 7ème République, pour non seulement l'application effective de cette loi, mais aussi pour rehausser les différents taux de représentation aux autres postes de responsabilité (gouverneurs, préfets, directeurs généraux des sociétés, présidents de conseil d’administration, secrétaires généraux et directeurs généraux des administrations centrales, conseillères dans les institutions de l'Etat, ambassadeurs, représentantes au niveau des organisations internationales, etc.).

Une loi adoptée en 2000 et modifiée en 2014 institue le système de quota dans les fonctions électives, au gouvernement et dans l'administration de l'Etat et des dispositions de la Constitution stipulent que: ''l'Etat assure une représentation équitable dans les institutions publiques à travers la politique nationale du Genre et le respect des quotas''.

Les femmes affirment avoir été consternées du fait que la formation du 2ème gouvernement de la 2ème mandature de la 7ème République formé il y a une semaine n'ait pas du tout respecté cette loi sur le quota.

Elles ont en effet relevé que sur les 42 membres que compte ce nouveau gouvernement, seulement 8 femmes ont été nommées, soit un taux de 19,04 pc au lieu des 25 pc prévus par la loi.

"Nous, femmes nigériennes, conscientes de nos droits de participation à la gestion des affaires publiques et de nos devoirs vis-à-vis des générations futures, ne saurions accepter une fois de plus la marginalisation de cette frange importante de la population estimée à plus de 50 pc", ont-elles indiqué.
-0- PANA SA/JSG/IBA 28oct2016

28 octobre 2016 09:18:57




xhtml CSS