Les experts recommandent une meilleure stratégie de planification en sport en Afrique

Abidjan, Côte  d'Ivoire (PANA) - Les  experts chargés d'élaborer l'ordre du jour de la 5ème conférence africaine des ministres des Sports ont clos leurs travaux ce mercredi, sur un engagement consensuel en faveur du développement du sport en Afrique, en mettant l'accent sur la particularité de l'athlétisme sur le continent.

Ainsi, le projet de Déclaration d'Abidjan, destiné à l'adoption des ministres qui se réunissent à compter de jeudi, fait ressortir l'impératif besoin "d'intervenir auprès de la communauté internationale, afin de réduire l'exode des jeunes athlètes africains souvent incités à changer de nationalité".

Certes, si ces jeunes athlètes font les beaux jours d'autres pays ou de sponsors plus fortunés, leur exode partage régulièrement les mêmes motifs avec la mauvaise performance que les experts reprochent aux pays africains, lors des évènements sportifs internationaux et des Jeux olympiques.

Un symposium, organisé sur le phénomène de la mauvaise performance des équipes africaines, liste parmi les remèdes, un Plan stratégique de développement du sport, notamment une meilleure "planification prévisionnelle" en matière de détection des talents, de la préparation des athlètes, mais également des ressources à allouer à l'équipement et aux infrastructures sportives.

Sur ce chapitre, la Zone 6 du Conseil supérieur du sport en Afrique  (CSSA), qui rassemble les pays membres de la SADC, a ravi la palme des meilleures stratégies de développement du sport, notamment en ce qui concerne sa capacité à mobiliser les ressources, ainsi que l'organisation et le marketing des jeux dans cette zone où l'implication de la Communauté régionale a été également remarquable.

Aussi, les experts recommandent-ils à l'adoption des ministres des Sports, l'assistance de l'Union africaine en faveur des autres zones appelées à prendre graine des exemples de bonnes pratiques de la Zone 6, parmi lesquelles, figurent également l'engagement des pays africains à accueillir les jeux continentaux et à en faire le marketing.

Mobilisation des ressources et marketing sportif demeurent le déficit le plus criard de nombre de pays-hôte des événements sportifs africains et internationaux, où le secteur privé est souvent ignoré dans l'organisation et la gestion des événements.

À cet effet, les experts recommandent aux ministres de s'assurer que "des stratégies et des mesures incitatives" soient prises en faveur de la promotion des partenariats public-privé pour un financement diversifié et durable du sport.
-0- PANA SSB/JSG/IBA  24juil2013

24 juillet 2013 12:49:21




xhtml CSS