Les enseignants sénégalais reconduisent leur mot d'ordre de grève

Dakar, Sénégal (PANA) - Le Grand cadre des syndicats d'enseignants du Sénégal a renouvelé ce mercredi son mot d'ordre de grève de 48 heures renouvelables, continuant ainsi à paralyser le fonctionnement des écoles primaires et secondaires publiques, désormais menacées par une année blanche.

Parmi les revendications des syndicats figure la régularisation de la situation de près de 80.000 enseignants vacataires et le paiement de leurs arriérés de rappel dont certains datent d'avant 2006.

Le Grand cadre demande également le respect des accords signés en 2012 entre les enseignants et le gouvernement portant, entre autres, sur l'amélioration de leurs conditions de travail, le paiement de leurs différentes indemnités et les avancements.

Régissant face à la crise que traverse l'école depuis plusieurs semaines, le président Macky Sall s'en est vivement pris mardi à Dakar aux syndicats d'enseignants.

"Tous les jours, ils veulent nous mettre le couteau sous la gorge pour la satisfaction de leurs revendications. Cela ne peut plus continuer. S'ils veulent qu'on aille à l'année blanche qu'on y aille, mais je pense qu'on n'y arrivera pas", a-t-il déclaré.

"Vous êtes une minorité, 120.000 personnes qui veulent tenir le pays en otage. On vous dit non. Il faut qu'on dialogue dans le sens des responsabilités et des possibilités du pays", a ajouté le président sénégalais.

S'exprimant au cours d'un conseil présidentiel consacré au Plan d'actions du Pacte national de stabilité sociale et de l'émergence économique, il a invité les enseignants à être plus flexibles dans leurs revendications et à accepter de faire des concessions.

"Il ne faut pas être jusqu'au-boutistes et dire qu'il faut le faire tout de suite et maintenant sinon on ne reprend pas la direction des classes. Ce n'est pas raisonnable", a estimé le président Sall en présence de plusieurs leaders de centrales syndicales.

Il a affirmé que le cumul des salaires des fonctionnaires s'élevait à 750 milliards de francs CFA, soit la moitié du budget national et a appelé les enseignants grévistes à faire preuve de patriotisme et de responsabilité pour sauver l'école sénégalaise.

"Ma conviction est que nous devons asseoir un dialogue permanent entre acteurs. J'invite les enseignants à travailler avec l'Etat sur les conditions de la levée de leur mot d'ordre de grève et d'étudier la possibilité de donner la chance à tous les enfants de ce pays", a dit le président Sall.
-0- PANA AAS/JSG/IBA 22avr2015

22 avril 2015 11:49:16




xhtml CSS