Les doléances du SYNPICS au président Wade

Dakar- Sénégal (PANA) -- Le secrétaire général du Syndicat des Professionnels de l'Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS), M.
Alpha Sall, a exhorté, mardi, les pouvoirs publics à mettre en oeuvre les recommandations de la concertation nationale sur la presse au Sénégal, formulées en octobre dernier.
Remettant le cahier des doléances du SYNPICS au président Abdoulaye Wade à l'occasion de la célébration de la fête du travail, M.
Sall a rappelé que ces recommandations portent sur le cadre juridique, l'environnement économique des entreprises ainsi que sur le statut du journaliste et des professionnels de la communication.
Elles ont également porté, a-t-il ajouté, aussi bien sur les questions de formation, de l'éthique et de la déontologie et sur la vie des instances de régulation et d'autorégulation que sur les relations entre la presse et les pouvoirs publics.
"Le renforcement d'une presse indépendante, pluraliste et libre est indispensable au progrès et à la préservation de la démocratie au Sénégal, ainsi qu'à son développement économique et social de manière générale", a-t-il dit, mettant en exergue le rôle de la presse lors des récentes élections organisées dans le pays.
Les mesures demandées concernent la régularisation de la situation des travailleurs dans toutes les entreprises de presse, sans discrimination liée au diplôme, la révision de la convention collective des journalistes et techniciens de la communication et la moralisation de la profession par l'application des dispositions législatives et réglementaires.
Le SYNPICS milite en outre pour le recrutement de jeunes journalistes, l'application stricte des dispositions relatives à la carte de presse au Sénégal et l'adaptation des textes juridiques régissant la profession.
Il demande également aux pouvoirs publics d'attribuer, dans la transparence, des fréquences télé, la création d'un environnement économique favorable pour les entreprises de presse, qui doivent, selon lui, bénéficier d'un statut particulier et de régimes préférentiels.
Le président Wade, rappelle-t-on, avait déjà, lors d'une récente rencontre avec les responsables des media sénégalais, donné son aval sur plusieurs de ces points, notamment sur l'établissement, avec l'appui de l'Etat, d'une Maison de la Presse devant abriter le siège de l'Union des Journalistes de l'Afrique de l'ouest (UJAO, un regroupement des organisations de journalistes de seize pays ouest africains).
Cette mesure, a dit M.
Sall achèvera de faire de Dakar, qui abrite d2j0 le siège de l'UJAO et le programme "Media pour la Démocratie en Afrique" de la Fédération internationale des Journalistes (FIJ), la "capitale de la presse de l'Afrique de l'ouest".

02 mai 2001 20:59:00




xhtml CSS