Les dirigeants du monde se réunissent pour renouveler leur engagement à la création et à la consolidation de la paix.

New York, Etats-unis (PANA) - En lançant un appel en faveur davantage de diplomaties, de dialogues et de médiations pour éliminer les conflits avant qu'ils surgissent, les autorités onusiennes ont ainsi exhorté à l'assemblée des dirigeants du monde qui se sont réunis ce mardi au Quartier général de l'organisation, à aider à renforcer une nouvelle approche visant à consolider la paix et à inscrire la prévention au cœur des priorités de l'agenda onusien.

"La première ligne de la Charte des Nations unies nous exhorte à sauver des générations successives du fléau de la guerre", a indiqué M. Lajcak, le président de l'Assemblée générale des Nations unies, au cours de son adresse inaugurale à l'endroit des participants de la réunion de haut niveau sur la création et la consolidation de la paix qui se tient ce mercredi au siège des Nations unies à New York, selon un communiqué des Nations unies.

"Sous un angle, nous pouvons dire que cet engagement a été atteint. Depuis, on n'a pas encore assisté à une deuxième guerre mondiale. Mais, à d'autres égards, on peut dire qu'on a échoué dans plusieurs domaines'', a-t-il ajouté, soulignant au passage qu'une nouvelle approche est requise pour sauver les populations se trouvant dans des endroits en proie à des conflits éternels, notamment en Syrie, au Soudan du Sud, au Yémen, en Libye, en Somalie et en Afghanistan.

M. Lajcak a déclaré qu'à partir de 2016, les Nations unies ont décidé d'adopter une nouvelle approche: l'Assemblée générale, ensemble avec le Conseil de Sécurité, avait adopté ce qui est aujourd’hui connu comme "les résolutions pour la consolidation de la paix", qui renouvellent les engagements de l'Organisation mondiale à la prévention des conflits tels qu'inscrits dans la Charte des Nations unies.

Deux années plus tard, la traduction en réalité de cette approche bute à de nombreux obstacles, a-t-il indiqué, avant de lancer un appel en faveur d'une attention internationale accrue aux besoins d’accélération des efforts pour la prévention des conflits, à la réalisation d'une cohérence avec le système des Nations unies, à la promotion de partenariats, au financement et à l'inclusion.

En réaffirmant le point de vue de l'Assemblée générale des Nations unies, le Secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a souligné la nécessité de renforcer les partenariats dans tous les processus d'efforts et à tous les niveaux, de la prévention et résolution des conflits, au maintien de la paix, de la création de la paix au développement à long terme.

Parmi les partenaires-clé, on peut citer les gouvernements, les Nations unies, les autres organisations régionales et sous-régionales, les institutions financières internationales, le secteur privé et la Société civile, y compris les femmes et les jeunes, a-t-il ajouté.

"La consolidation de la paix ne sera uniquement réalisée qu'avec un partenariat national inclusif et engagé qui prendra en compte les besoins des plus marginalisés, y compris les femmes, les jeunes, les minorités et les personnes souffrant de handicap", a-t-il souligné.

Selon le patron des Nations unies, de plus en plus de pays expérimentent de nos jours plus que jamais des conflits violents et ceci en l'espace de trois décennies et ce nombre record de populations sont en déplacement, en raison de la violence, des guerres et des persécutions.

"Les inégalités se creusent de plus en plus; des régions entières, des pays, et des communautés se trouvent écartés des progrès et sont laissés en rade dans la distribution de la croissance. Ceux-ci constituent toutes des indications montrant que nous avons besoin d'une plus grande unité et de courage dans le but d'apaiser les craintes des populations que nous servons; de mettre le monde sur la bonne voie pour un meilleur futur et de poser les jalons d'une paix et d'un développement durables", a fait entendre M. Guterres.

Sous un autre registre, M. Jayathma Wickramanayake, envoyé du Secrétaire général des Nations unies pour la jeunesse, a exhorté les Etats membres à accroître les financements pour le programme de création de la paix dirigé par les jeunes et voient en eux des partenaires dans le cadre de l'Agenda pour la consolidation de la paix.
-0- PANA MA/BAD/BEH/IBA 25avr2018





25 avril 2018 14:44:54




xhtml CSS