Les diplomates nigérians à la retraite résistent aux tentatives d'admission du Maroc au sein de la Cedeao

Abuja, Nigeria (PANA) - L'association des ambassadeurs de carrière retraités du Nigeria (Arcan) a appelé mercredi le gouvernement nigérian à résister à toute tentative des autres pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) à admettre le Maroc dans l'organisme régional, a annoncé le journal Guardian jeudi.

Notant que le Maroc, en raison de sa situation géographique, ne peut pas être admis dans l'organisation régionale. L'association, par l'intermédiaire de son président fondateur et ancien ministre des Affaires étrangères, l'ambassadeur Ignatius C. Olisemeka, a averti que le motivation du Maroc était politique et visait à réduire l'influence du Nigeria pour son rôle dans l'admission du Sahara occidental dans l'Organisation de l'unité africaine (Oua) d'alors.

L'association s'est cependant demandée pourquoi le gouvernement nigérian n'a pas engagé jusqu'à présent une campagne vigoureuse contre la démarche marocaine, soulignant que le gouvernement doit une explication aux nigérians.

Selon Arcan, l'admission du Maroc en principe, si elle était vraie, aurait été l'un des points les plus humiliants et les plus bas de la politique étrangère du Nigeria depuis son indépendance.

L'association a déclaré : "Nous l'avons dit parce que la Cedeao, en tant qu'association économique sous-régionale des seuls Etats de l'Afrique de l'Ouest, a été créée par le gouvernement du général Yakubu Gowon et le gouvernement du Togo sous la Présidence de Gnassingbé Eyadema.

"Le Maroc est en train de réduire le pouvoir du Nigeria, non seulement dans la Cedeao, l'Union africaine, mais aussi aux Nations unies. Le Maroc a un agenda politique et cet agenda est que c'est le Nigeria qui a facilité l'admission du Sahara occidental dans l'Organisation de l'unité africaine (Oua).

"Ainsi, dès le départ, il semble que le Maroc ne se soucie pas des sentiments des autres, ce n'est que son intérêt et rien d'autre ".

"Si le Maroc intégre la Cedeao, il ne va pas seulement déstabiliser l'organisation, mais il sera très difficile de l'empêcher de dérouler son agenda au Sahara occidental", a déclaré Arcan.

L'association a cependant exprimé la crainte que les pays anglophones d'Afrique de l'Ouest ne soient facilement influencés par tout argument que le Maroc défendra, car ils sont moins nombreux que les pays francophones.

Avec le Nigeria payant plus de 60 pour cent du budget annuel de la Cedeao, Arcan a accusé le gouvernement nigérian de passivité face à une démarche qui ruine son investissement dans la Commission. L'association a également soutenu que l'admission du Maroc dans l'organisme régional marquerait la fin de la Cedeao, car un nouveau nom serait introduit pour accueillir les pays au-delà de la frontière de l'Afrique de l'Ouest.

Plutôt que de chercher à déstabiliser la Cedeao, Arcan a appelé le Maroc à revenir à l'organisation régionale à laquelle il appartenait à l'origine et à régler son différend avec ses pays frères.
-0- PANA VAO/MA/MTA/BEH/SOC 15juin2017

15 juin 2017 18:07:57




xhtml CSS