Les décès maternels ont diminué de moitié en 20 ans, selon de récentes évaluations

Dakar, Sénégal (PANA) - L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et la Banque mondiale ont publié ce mercredi de nouvelles évaluations qui indiquent qu’en 20 ans, le nombre de femmes qui meurent de complications liées à la grossesse et à l'accouchement, a presque diminué de moitié.

Le  rapport, intitulé “Tendances de la mortalité maternelle: 1990-2010" (Trends in maternal mortality: 1990 to 2010), montre que, de 1990 à 2010, le nombre annuel de décès maternels est tombé de plus de 543 000 à 287 000,  soit une baisse de 47 %.

Ce qui permet au directeur exécutif du  Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), Dr. Babatunde Osotimehin, de conclure que " la santé maternelle progresse au niveau mondial " et que ces évaluations "montrent aussi comment les Nations Unies travaillent à améliorer la condition des femmes et des filles partout dans le monde".

Cependant le directeur exécutif de l'UNFPA, qui se fonde sur les estimations en matière d’atteinte de l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) en Afrique subsaharienne, soutient que "nous ne pouvons pas nous arrêter là ; notre action doit se poursuivre pour faire en sorte que chaque grossesse soit recherchée et chaque accouchement sans danger".

En effet, si des progrès substantiels ont été réalisés dans presque toutes les régions, en Afrique subsaharienne,   seule la Guinée équatoriale figure parmi les dix pays ayant déjà atteint l'OMD consistant à réduire de 75 % le nombre de décès maternels entre 1990 et 2015. Ce qui laisse observer que beaucoup de pays, dans cette partie du continent africain, ne pourront pas atteindre la cible 5 de l'Objectif du Millénaire pour le développement  (OMD5).

Le Rapport indique par ailleurs que parmi les 40 pays comptant les taux de mortalité maternelle les plus élevés du monde, 36 sont en Afrique subsaharienne et qu’en 2010, l'Afrique subsaharienne avait le ratio de mortalité maternelle le plus élevé, avec 500 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, contre un ratio mondial estimé à 210 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes.

Tandis qu’en Asie du Sud-Est, une femme sur 290 meurt de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement, et dans les pays développés une femme sur 3 800, en Afrique subsaharienne, c'est une femme sur 39 qui meurt de ces complications.

Parmi les 10 pays du monde qui comptent pour 60 % du total mondial des décès maternels, figurent 5 pays africains au sud du Sahara, à savoir, le Nigéria (40 000), la République démocratique du Congo (15 000), le Soudan (10 000), l’Ethiopie (9 000) et la République Unie de Tanzanie (8 500).
-0- PANA SSB/SOC 16mai2012

16 مايو 2012 17:52:06




xhtml CSS