Les conditions de la tenue de l'élection présidentielle au Burundi déplorées par l'OIF

Bruxelles, Belgique (PÀNA) - La Secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie, Mme Michaelle Jean, a déploré les conditions de la tenue de l'élection présidentielle du 21 juillet 2015 au Burundi, "marquée par des tensions politiques, des actes de violence, ainsi que des atteintes aux libertés d'opinion et d'expression", a indiqué un communiqué de l'institution transmis, jeudi, à la PANA à Bruxelles.  

Pour la patronne de l'Exécutif de l'OIF, "l'absence de dialogue et d'inclusivité compromet sérieusement les objectifs de paix et de la réconciliation nationale qui sont au cœur de l'Accord d'Arusha".

Aussi Michaelle Jean exhorte-t-elle tous les acteurs politiques à la retenue, soulignant l'urgence de relancer le dialogue politique en vue de sortir de l'impasse actuelle. En outre, elle a souligné la nécessité de prendre toutes les mesures appropriées afin de garantir la sécurité des personnes et le plein respect des droits de l'Homme.

Dans ce communiqué, l'OIF réitère son engagement à œuvrer aux côtés d'autres partenaires internationaux et régionaux en faveur d'une solution durable de la crise burundaise.

On rappelle que lors de sa 95ème session, le Conseil permanent de la Francophonie (CPF) a décidé de placer le Burundi sous observation.
-0- PANA AK/IS/IBA 23juil2015
    

23 juillet 2015 17:15:38




xhtml CSS