Les chefs réligieux centrafricains appellent les groupes armés à libérer les enfants

Bangui, Centrafrique (PANA)   - La Plate-forme des confessions religieuses de Centrafrique appelle les "leaders des groupes armés de tous bords (...) ex-Séléka, anti-Balaka, autodéfense ou autre", à relâcher les enfants qui servent dans leurs rangs.

"Arrêtez de recruter et d’utiliser des enfants et libérez tous ceux qui servent à vos côtés comme combattants, cuisiniers, porteurs, informateurs et autre", a lancé mercredi le président en exercice de la Plate-forme, le Révérend-pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA.

L’appel de la Plate-forme des confessions religieuses de Centrafrique a été lancé dans le cadre de la célébration, le 16 juin, de la Journée de l’enfant africain, afin d’attirer l’attention sur ces actes qui constituent une violation grave du droit international humanitaire et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité sur le sort des enfants dans les conflits.

Plus de 9.000 enfants ont été retirés des groupes armés, notamment des anti-Balaka, mais des milliers d'autres restent encore associés à divers groupes armés ou d’auto-défense, en raison des affrontements en cours dans le pays où de nouvelles allégations de recrutement et d’utilisation d’enfants ont été enregistrées par  le Groupe de travail spécial des Nations unies.  

"Cette tendance peut se poursuivre si les affrontements persistent", a alerté ce responsable.

S’exprimant en français, puis en sango, le président en exercice de la Plate-forme des confessions religieuses a demandé la fin des "attaques contre les communautés, les enlèvements, les meurtres, les mutilations et les viols contre les enfants".

"Prendre un enfant de 8 ans, le faire vacciner afin de le faire participer aux combats est inacceptable et cela doit aussi cesser ", a ajouté le Révérend-pasteur.

Pour l’administrateur par intérim de l’Unité Protection de l’enfance de la MINUSCA,  Charles Fomunyam, "des 9.000 enfants retirés, 50 pc ont bénéficié de programmes de réintégration tandis que les autres sont encore en attente, en raison de la limite des ressources disponibles".
-0- PANA SSB/JSG/IBA 15juin2017



15 juin 2017 11:39:59




xhtml CSS