Les affrontements armés à Sebha et la visite de Ghassan Salamé à Benghazi dominent les journaux en Libye

Tripoli, Libye (PANA) - Les journaux libyens se sont focalisés cette semaine sur la couverture des affrontements inter-tribaux à Sebha (800 km au sud de Tripoli) ayant fait plusieurs morts, insistant sur ce mal récurent qui persiste en dépit des multiples accords de réconciliation entre les tribus rivales, illustrant les enjeux qui dépassent des considérations sociales.

La presse libyenne essentiellement électronique s'est également penchée sur la tournée en Libye du Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU et chef de a Mission des Nations unies en Libye (UNSMIL), Ghassan Salamé, pour relancer le processus politique, notamment le Plan d'action qu'il a proposé en septembre dernier pour régler la crise dans le pays.

Le journal Afrigatenews a rapporté que les affrontements dans la vile de Sehba, capitale du Sud libyen, ont fait depuis leur déclenchement il y a plus de 9 jours 8 tués parmi les civils et 11 blessés, précisant que l'intensité des combats n'a pas baissé tout au long des actes d'hostilité de part et d'autres des deux camps qui s'affrontent.

Les heurts armés opposent les tribus des Ouled Sleiman et ceux des Toubou, deux tribus rivales dont les rapports sont jalonnés par des affrontements meurtriers, a indiqué le journal qui évoque le recours à des mercenaires pour prêter main forte à un camp au détriment de l'autre.

Afrigatenews a évoqué aussi l'arrivée des renforts dépêchés par l'armée libyenne pour asseoir l'ordre et la sécurité dans la ville en proie à des affrontements armés acharnés.

Plus de 120 familles ont été obligées de se déplacer, quittant leurs maisons pour se mettre à l'abri des combats et de la portée des balles et autres obus et roquettes tirés par les deux belligérants, a écrit le journal qui décrit une situation difficile dans la ville où les habitants vivent dans la peur et ont vu leurs conditions se dégrader.

Afrigatnews  a par ailleurs rapporté l'appel des responsables médicaux locaux qui ont annoncé l'urgence d'une aide en équipement et médicament pour faire face à cette catastrophe découlant des affrontements afin de pouvoir prêter assistance à la population en détresse.

Se faisant l'écho de la réaction du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale, le journal a indiqué la condamnation de ces actes de violences et l'appel à un cessez-le feu immédiat pour épargner la vie des civils.

Le Conseil présidentiel a, selon le journal, exprimé ses préoccupations à l'égard des "combats entre frères libyens", exhortant les deux camps à faire preuve de retenue et à recourir à la raison et au dialogue pour résoudre le différend entre eux.

Dans le même contexte, la Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a affirmé sa profonde préoccupation suite à l'escalade du conflit armé dans la ville de Sebha, assurant que l'hôpital a été ciblé à plusieurs reprises par des obus et déplorant l'utilisation aveugle d'armes dans des zones densément peuplées et appelant à y mettre fin.

Pour sa part, le journal "al-Wassat" s'est intéressé à la nouvelle tournée de l'Envoyé de l'ONU en Libye suite au désir manifesté par le Parlement de reprendre le dialogue en vue de parachever la mie en œuvre des propositions convenues entre les protagonistes relatives à l'amendement de l'Accord politique signé en décembre 2015.

Le journal hebdomadaire paraissant au Caire, en Egypte, a indiqué que Ghassan Salamé s'est envolé à Benghazi où il s'est entretenu avec le commandant de l'armée nationale libyenne, le maréchal Khalifa Hafter, sur le processus politique dans le but de le relancer après des mois d'impasse.

M. Salamé et le maréchal Hafter ont examiné lors de leur rencontre les prochaines étapes du processus politique de manière à arriver à un règlement pratique de la crise dans le pays, a précisé le journal.

Au cours de son séjours dans la deuxième grande ville de Libye, M. Salamé s'est réuni avec des membres de la Chambre des représentants en Libye (Parlement) sur le processus politique, leur soulignant  que "maintenir le statu quo actuel en Libye est l'adversaire de tout ce qu'il représente", a indiqué le journal "al-Wassat".

"Les initiatives qui émergent de vous pour changer ce statu quo en faveur d'un consensus, d'une unité et d'un renforcement de l'Etat, sont les bienvenues, parce que nécessaires", a indiqué le journal citant le responsable onusien.

Le journal a signalé que le chef de l'UNSMIL s'est également réuni avec plus de 60 dirigeants représentant des tribus de l'Est de la Libye pour discuter de la reprise des négociations pour la mise en œuvre du Plan d'action visant à trouver une solution négociée au conflit dans le pays.

Auparavant, selon le journal, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, s'est entretenu à Tripoli avec le président du Haut Conseil d'Etat en Libye, Abdelrahman al-Sweihli, sur les propositions d'amendement de l'Accord politique libyen convenu entre les Comités de dialogue des deux Assemblées.

L'entretien a porté sur l'évolution de la situation politique, les développements du plan d'action de l'ONU sur la Libye, les propositions de modification de l'Accord politique et les moyens de reprendre les négociations et le dialogue entre les Comités des deux Assemblées.

"Al-Wassat" a indiqué l'optimisme de M. al-Sweihli au sujet d’une solution finale et de consensus en Libye, affirmant qu'"un progrès positif a été réalisé vers la reprise des négociations pour amender l'Accord politique dans les prochains jours et la  fin de la division politique et l'unification des institutions de l'Etat ainsi que la formation d'un gouvernement d'unité nationale efficace, capable de mettre fin à la transition et de mener à terme les agendas constitutionnels et la future démocratie".
-0-  PANA BY/TBM/IBA  04mar2018

04 mars 2018 19:55:15




xhtml CSS