Les Togolais de l'extérieur réclament d'être associés aux questions de développement du pays

Lomé, Togo (PANA) - La diaspora togolaise devrait désormais être associée aux questions de développement du pays, recommandent les premières assises des Togolais de l’extérieur, Zone Afrique, dont les travaux ont pris fin samedi à Lomé, a constaté la PANA.

Des mécanismes de mobilisation et de gestion de la diaspora ; des  stratégies de canalisation des transferts de fonds de la diaspora vers des investissements productifs ; le renforcement des initiatives de la diaspora en faveur du développement local, ont été les thèmes principaux   des discussions en vue de capitaliser les compétences de la diaspora pour le développement du Togo.

Entre autres recommandations rassemblées dans un document rendu public à l’issue des travaux, on note:  la création d’un bureau ou service d’appui-conseil et d’écoute des Togolais de l’extérieur  au sein des  ambassades et consulats,  l’appui à la mise place d’une structure faîtière des Togolais de l’extérieur,   la création d’un Fonds d’investissement pour canaliser les flux financiers de la diaspora vers des projets prioritaires  tels que  la banque, l’ immobilier,  les PME/PMI de transformation de produits locaux, etc, la prise en compte des questions de la double nationalité dans le code de la nationalité togolaise, la mise en place de l’Agence nationale des Togolais de l’extérieur,  l’institutionnalisation d’un cadre de dialogue permanent entre la diaspora et le gouvernement.

Ces assises, rappelle-t-on, sont organisées après celles de la zone Europe et de la zone Amérique en début du mois de mars et ont regroupé des délégués venus du Bénin, du Cameroun, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, du Ghana, de la Libye, de la République démocratique du Congo.

La diaspora togolaise, de sources officielles, est  estimée à environ 1.500.000 personnes, avec les plus grandes colonies se trouvant en Afrique (Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Sénégal, Nigeria, etc.), en Europe (France, Allemagne, Belgique, Suisse, etc.) et en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada).

Ses  contributions restent prioritairement  les transferts de fonds qui sont très importants à l’endroit de leurs familles au Togo. Selon les dernières estimations officielles, ces transferts sont respectivement de l’ordre de plus de 168 milliards de FCFA en 2011 et 2012, et plus de 187 milliards de FCFA en 2013, soit 9 et 10% du Produit intérieur brut (PIB) du Togo pour les périodes considérées.

Par ailleurs, les transferts de fonds effectués par la diaspora ont aussi rapporté en moyenne plus de 15 milliards de FCFA en recettes fiscales à l’Etat, selon les chiffres de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

-0- PANA FAA/TBM/IBA 30mars2014

30 mars 2014 17:12:06




xhtml CSS