Les Sociétés civiles africaines pour une union démocratique

Accra- Ghana (PANA) -- "Le gouvernement d'union doit être une union populaire et doit se fonder sur les valeurs de la participation et de la démocratie à sa création et sa mise en œuvre au niveau continental, régional et national", ont souligné samedi à Accra, les organisations de la société civile dans une déclaration remise à la presse.
Dans cette déclaration destinée aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine, les organisations de la société civile qui soutiennent activement "la création d'un gouvernement continental", soulignent être parvenues à un consensus sur "l'accélération de l'intégration du continent en vue de relever les défis actuels et futurs sur les plans économique, politique et sociaux".
Les organisations de la société civile soulignent qu'"il n'est pas nécessaires de choisir entre le Gouvernement de l'Union et le renforcement des Communautés économiques régionales".
Il faut au contraire "accélérer les deux processus de mise en œuvre car ils constituent des préalables à la réalisation des attentes des citoyens africains dans le domaine de l'intégration régionale".
A l'endroit des chefs d'Etat, elles déclarent que "le retour à la croissance économique, la réduction des conflits et des guerres et l'existence de sociétés démocratiques plus ouvertes nous encouragent à vous inviter à profiter de cette occasion pour favorise une accélération audacieuse de l'intégration continentale fondée sur la pleine participation des peuples", ajoutant que "l'accélération d'une intégration continentale solide doit se produire dans un cadre réaliste, viable et limité dans le temps".
C'est en tenant compte de ces considérations qu'elles invitent les chefs d'Etat à mettre en place une union démocratique et participative et les exhortent à rendre compte aux assemblées nationales après le sommet.
Les chefs d'Etat sont aussi invités à donner au Parlement africain le mandat de créer un groupe d'experts en élections, qui à la suite des consultations avec les instances nationales donnera des conseils sur les modalités juridiques, opérationnelles des élections continentales à partir de 2009.
Les organisations de la société civile demandent aussi aux chefs d'Etat d'adopter la proposition faisant obligation de consulter le Conseil économique, social et culturel (Ecosocc) avant l'adoption des décisions de l'assemblée.
D'autres propositions sont contenues dans la déclaration comme celles relatives au respect de la citoyenneté commune africaine et de l'égalité des genres comme des valeurs fondamentales et la mise à disposition de moyens suffisants aux instances chargées de la mise en œuvre des droits humains, du développement et de la gouvernance démocratique.
Pour les organisations de la société civile, sans la "citoyenneté africaine, le gouvernement continental n'aura pas de sens".
C'est pourquoi elles demandent aux chefs d'Etat "de supprimer toutes les exigences de visa d'entrée pour les voyages des citoyens africains à travers le continent", ce qui serait "un premier pas vers l'adoption d'un protocole qui garantit le droit de résidence, de travail et de libre circulation".
Dans le même registre, elles proposent l'adoption d'une souveraineté et des institutions continentales exécutives partagées, le renforcement des institutions continentales et nationales.

30 juin 2007 19:01:00




xhtml CSS