Les Premières dames d'Afrique veulent plus de pouvoir politique

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- La Première dame d'Ethiopie, Azeb Mesfin, a plaidé mardi à Addis-Abeba pour un pouvoir politique accru des femmes afin de renforcer leur influence dans la guerre contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose sur le continent.
Dans son discours inaugural en tant que nouvelle présidente de l'Organisation des Premières dames africaines contre le VIH/SIDA (OAFLA), Mme Mesfin a déclaré que la marginalisation des femmes dans les affaires politiques les privait des moyens dont elles ont besoin pour exercer une influence sur les décisions relatives au développement économique et social de leur sœurs africaines.
"Les femmes doivent avoir accès au pouvoir.
Si nous voulons gagner la guerre contre la pauvreté, nous devons leur donner des moyens pour lutter également contre la pandémie du VIH/SIDA", a-t-elle dit.
"Les femmes africaines doivent être libres de faire des choix pour réduire le VIH/SIDA.
Nous méritons de vivre dans un monde dépourvu de violence où la sécurité est réelle et les opportunités sont sans limites", a-t-elle ajouté.
Mme Mesfin a estimé qu'au moment où l'économie mondiale est entrée en récession, le rôle des Premières dames africaines est devenu plus crucial pour la défense des droits et privilèges de leur genre.
"Le rôle d'OAFLA devient de plus en plus urgent face à la récession mondiale car les femmes sont le segment le plus vulnérable de la société.
OAFLA veut par conséquent jouer un plus grand rôle dans la lutte contre le VIH/SIDA en Afrique", a-t-elle affirmé.
La Première dame d'Ethiopie succède à Mme Maureen Mwanawasa, épouse du défunt président zambien, Levy Mwanawasa.

04 février 2009 10:41:00




xhtml CSS